STACIA-AL MAHOE

         Une jeune championne américaine des années 2010 ...

             Palmarès     Photos     Interview ( Anglais ) Interview ( Français )

                                   BENCHPRESS PALMARES

            CHAMPIONNE DU MONDE  OPEN  - 48 kg WABDL : 2018
            CHAMPIONNE DU MONDE  OPEN  - 44 kg IPL   : 2016
            CHAMPIONNE DU MONDE JUNIOR - 44 kg IPL   : 2016

            CHAMPIONNE DU MONDE  OPEN  - 44 kg IPL   : 2015 ( Raw )
            CHAMPIONNE DU MONDE JUNIOR - 44 kg IPL   : 2015 ( Raw )

            CHAMPIONNE DU MONDE  OPEN  - 48 kg IPL   : 2014 ( Raw )
            CHAMPIONNE DU MONDE JUNIOR - 48 kg IPL   : 2014 ( Raw )

                       RECORD BENCHPRESS   SQUAT    - 48 kg : 192,5 kg
                       RECORD BENCHPRESS BENCHPRESS - 44 kg : 112,5 kg
                       RECORD BENCHPRESS BENCHPRESS - 48 kg : 127,5 kg
                       RECORD BENCHPRESS  DEADLIFT  - 44 kg : 165   kg
                       RECORD BENCHPRESS   TOTAL    - 48 kg : 502,5 kg

                                   PHOTOS GALLERY


 

                                   INTERVIEW ( anglais ) by Jake Boly on January 5, 2018

One of the great things about competitive strength sports is that they can create opportunities for athletes to train and possibly be successful in more than their one sport of choice. For example, you could see a weightlifter compete it powerlifting, a functional fitness athlete also compete in weightlifting, and so forth. In fact, it’s not incredibly uncommon to see athletes compete in more than one strength sport. Consider Chen-Wei Ling, an athlete who excelled at the highest levels in both weightlifting and powerlifting, along with 2017 Reebok CrossFit Games Champion Tia-Clair Toomey, who also competed in weightlifting at the 2016 Rio Summer Olympics. And often, it’s very feasible to do so with the right training, mindset, and understanding of the every sport’s differences. Staciai-Al Mahoe, a Fifty Barbell athlete, is no stranger to being successful at both sports, she competes in powerlifting at 47kg and weightlifting at 48kg.
Boly : You compete in both powerlifting and weightlifting, which did you get into first?
Mahoe : I got into powerlifting first (2013), although I’ve always done Olympic lifting movements in training, I didn’t enter a weightlifting meet until 2016.
Boly : What was the final straw that made you decide to pursue a second strength sport?
Mahoe : It was always the plan from the beginning to enter as many sports as possible, we just had sponsors and other commitments we had to get done before entering our first Oly meet. The reason is because why just do one sport if you can do multiple. We have a program here that prepares us to do multiple sports all year long and I want to take advantage of that.
Boly : Have you learned that one sport is easier to compete in more frequently compared to the other? If so, why do you think that is?
Mahoe : Weightlifting is easier to do more frequently because although you’re maxing a lift, it is not your body’s full all out maximum potential. For example, my max clean & jerk is 200lbs, but my front squat is 260lbs. It’s not as taxing on the body as an all out max lift being that it relies on technique more than an all out max. Whereas a max deadlift is all you have and takes way more out of you than a max clean & jerk (in most cases). For instance, after a max deadlift in a meet my deadlift numbers will go down for 3 weeks after.
Boly : When prepping for a meet in both powerlifting and weightlifting, how much time do you put into your prep? And how do you split the amount of comps you do per sport?
Mahoe : In our gym & in our program we train the same way all year long, so if a meet pops up unexpectedly in 2 weeks, we’d be ready to enter at any time. Our program is based on a Westside template, which means being ready all year long for anything. We train for everyday strength, not peaks. Peaking is way to inconsistently chase. I try to do every local comp I can for both weightlifting and powerlifting. But I travel for powerlifting meets more than I do for weightlifting, only because I’m not trying to go to the Olympics anytime soon and powerlifting is my main sport.
Boly : Ah, gotcha, so throughout the year how much of your training is focused powerlifting, and how much is weightlifting?
Mahoe : My training is mostly powerlifting work and accessories to build absolute strength. Once a week I do snatch technique/whatever feels good that day. I only clean & jerk heavy two times 1-2 weeks out from of an Oly Meet. Personally, I can go months without doing heavy clean & jerks. Other than that I do light snatches or cleans in my conditioning.
Boly : What’s the toughest lift for you to improve upon in each sport, and does this somewhat influence how you train in both powerlifting & weightlifting? I know you talked training earlier, but if something like the snatch is slow to progress, do you doanything in your powerlifting training for it?
Mahoe : Toughest lift for me is probably my snatch, but it’s a complete mental thing not a strength thing, so it doesn’t influence or change any of my training.
In powerlifting, my bench was the toughest for a while because I would always mis-groove the bar in competition. My coach and I took a big risk and changed my technique three weeks out from my biggest meet of the year. And during training I just concentrated on technique and it paid off.
Boly : Do you have any tips on how can an athlete determine what training amounts are right for them? If they compete more in powerlifting, should they train more with a powerlifting focus, vice versa for weightlifting?
Mahoe : If you compete equally in each, then I believe you should train everything all the time like we do, so no matter what you’ll be ready for anything. But it needs to be smart and not in a way that you get injured. I believe the program that my coach, Jack Cambra, has come up with, is the perfect balance between powerlifting, oly lifting, conditioning, and muscle balancing work.
Boly : In your opinion, what are two of the main differences between competing in these two sports?
Mahoe : The main difference between powerlifting and Oly lifting is the duration of the meets. Training for me is the same for both pretty much. My mindset is more relaxed when it comes to Oly lifting because it’s 2 lifts, 6 attempts, and you could be done within 2 hours. The meets go by faster than powerlifting meets and it’s fun. Powerlifting meets are way longer than Oly meets and can get boring which makes it harder to stay focused. In powerlifting, if you miss a lift you’ll have anywhere from 10-20 minutes to be mad, cry, or be upset until your next lift. Where in a Oly meet if you miss a lift and you are taking the same weight again you have 2 minutes to get your head straight and try for that weight again, no crying, no breaks, no time to be upset, you just have to attack.
Boly : If someone is considering trying a new strength sport after competing in one, what should they take into consideration? Should they make their prep longer for this scenario?
Mahoe : If someone is considering trying out a new strength sport after competing in one, then they need to keep in mind that you might not jump into the other sport and be fantastic at it your first try. They should get a good coach, get taught proper form, learn all the rules of said sport, and work on the movement(s) for a while before jumping into a meet. For example if a powerlifter is going into Oly lifting, they need to keep in mind how technical Oly lifts are and they might not be able to do as much weight as they think they “should” be able to do right away just because they’re strong in powerlifting. Ego can be the biggest problem for athletes trying a new sport.
Boly : Do you have any training tips for dual strength sport athletes? Things you’ve noticed from competing in both, and pitfalls to avoid.
Mahoe : Number one is injury prevention, do your best to avoid getting hurt, if you get hurt you can’t train. Second would be concentrating on absolute strength. If you’re a strength athlete being strong is the most important thing. Third, make sure a movement that you’re doing in one sport doesn’t hurt a movement in the other sport. For example, a bench press can destroy your rack position, and a low-bar squat can destroy your catch position. So make sure all your techniques feed each other positively and always work to stay mobile. Pitfall to avoid : Don't be a dick. Sometimes people who do well in their first sport take up a second sport and act like they should automatically be known and be good in that sport also. Which leads to unrealistic attempts, bad meets, and sometimes bombing out. Respect the sport. If you’re going into a new sport have the respect to know some of its history that has made it what it is. Stay balanced, listen to your body, have fun, and remember, don’t be a dick !
Boly : In terms of diet, does it differ when you’re training and prepping for each type of meet?
Mahoe : I don’t really diet, but I have be aware of what I eat two weeks out of a meet. Eating bread or cereal will make my weight go up 2lbs and because I walk around at my weight classes it could be the difference between cutting and not cutting. Some things I do a week out are things like upping my water intake, drinking prune juice to clean out my system, and eat asparagus because of its diuretic effect. But other than that, a well done waffle or a crepe with bananas, whipped cream, chocolate syrup, & vanilla ice cream is great.
Boly : Thank you so much for the time and the insights!

                                   INTERVIEW ( français ) par Jake Boly le 5 Janvier 2018

L'un des grands avantages des sports de compétition est qu'ils peuvent créer des opportunités pour les athlètes de s'entraîner et éventuellement de réussir dans plus d'un sport de leur choix. Par exemple, vous pourriez voir un haltérophile concourir en powerlifting, un athlète de fitness fonctionnel participer également à l'haltérophilie, etc. En fait, il n'est pas incroyablement rare de voir des athlètes participer à plus d'un sport de force. Pensez à Chen-Wei Ling, une athlète qui a excellé au plus haut niveau en haltérophilie et en powerlifting, ainsi que la championne des Jeux Reebok de CrossFit 2017 Tia-Clair Toomey, qui a également concouru en haltérophilie aux Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio. Et souvent, il est très possible de le faire avec le bon entraînement, la bonne mentalité et la compréhension des différences de chaque sport. Staciai-Al Mahoe, une athlète de Fifty Barbell, n'est pas étrangère à la réussite dans les deux sports, elle participe à des épreuves de powerlifting en 47 kg et d'haltérophilie en 48 kg.
Boly : Tu fais à la fois de la compétition en powerlifting et en haltérophilie, lequel as-tu commencé en premier ?
Mahoe : J'ai commencé le powerlifting en premier (2013), même si j'ai toujours fait les mouvements olympiques à l'entraînement, je n'ai participé à une compétition d'haltérophilie qu'en 2016.
Boly : Quelle a été la dernière goutte d'eau qui vous a poussé à choisir un deuxième sport de force ?
Mahoe : C'était toujours le plan depuis le début de participer au plus grand nombre de sports possible, nous avions juste des sponsors et d'autres engagements que nous devions faire avant de participer à notre première compétition Olympique. La raison en est que pourquoi pratiquer un seul sport si vous pouvez en pratiquer plusieurs. Nous avons ici un programme qui nous prépare à pratiquer plusieurs sports toute l'année et je veux en profiter.
Boly : Avez-vous appris qu'un sport est plus facile à pratiquer en compétition plus fréquemment que l'autre? Si oui, pourquoi pensez-vous que c'est le cas ?
Mahoe: L’haltérophilie est plus facile à faire plus fréquemment parce que même si vous maximisez un mouvement, ce n’est pas le potentiel maximum de votre corps. Par exemple, mon maxi à l'épaulé jeté est de 91 kg, mais mon squat avant est de 118 kg. Ce n'est pas aussi pénible pour le corps qu'un levage maxi tout en étant qu'il repose sur la technique plus qu'un max tout. Alors qu'un maxi au soulevé de terre est tout ce que vous avez et vous enlève bien plus qu'un maxi à l'épaulé jeté ( dans la plupart des cas ). Par exemple, après un maxi au soulevé de terre dans une compétition, mes charges au soulevé de terre baisseront pendant 3 semaines après.
Boly : Lorsque vous vous préparez pour une compétition à la fois en powerlifting et en haltérophilie, combien de temps consacrez-vous à votre préparation ? Et comment répartissez-vous le nombre de compétitions que vous faites par sport ?
Mahoe : Dans notre salle de sport et dans notre programme, nous nous entraînons de la même manière toute l'année, donc si une compétition se produit de manière inattendue dans 2 semaines, nous serions prêts à entrer à tout moment. Notre programme est basé sur un modèle Westside, ce qui signifie être prêt toute l'année pour tout. Nous nous entraînons pour la force tous les jours, pas pour les pics. Le pic est un moyen de poursuivre de manière incohérente. J'essaie de faire toutes les compétitions locales que je peux à la fois en haltérophilie et en powerlifting. Mais je voyage pour les compétition de powerlifting plus que pour l'haltérophilie, uniquement parce que je n'essaie pas d'aller aux Jeux olympiques de sitôt et que le powerlifting est mon sport principal.
Boly : Ah, donc tout au long de l'année, combien d'entraînements sont axés sur le powerlifting, et combien sur l'haltérophilie ?
Mahoe : Ma formation est principalement un travail de powerlifting et de compléments pour développer une force absolue. Une fois par semaine, je pratique la technique de l'arraché ce qui me fait du bien ce jour-là. Je ne fais de l'épaulé jeté lourd que deux fois 1 à 2 semaines après une rencontre Olympique. Personnellement, je peux passer des mois sans faire d'épaulé jeté lourd. En dehors de cela, je fais des arrachés légers ou pour améliorer mon conditionnement.
Boly : Quelle est le mouvement le plus difficile à améliorer dans chaque sport, et cela influence-t-il quelque peu la façon dont vous vous entraînez en powerlifting et en haltérophilie? Je sais que vous avez parlé d'entraînement plus tôt, mais si quelque chose comme l'arraché tarde à progresser, faites-vous quoi que ce soit dans votre entraînement de powerlifting pour cela ?
Mahoe : Le mouvement le plus difficile pour moi est probablement mon arraché, mais c'est complètement un aspect mental, pas un aspect de force, donc cela n'influence ni ne change aucun de mon entraînement. En powerlifting, mon couché a été le plus dur pendant un moment car je rainurais toujours la barre en compétition. Mon entraîneur et moi avons pris un gros risque et changé ma technique à trois semaines de ma plus grande compétition de l'année. Et pendant l'entraînement, je me suis concentré sur la technique et ça a payé.
Boly : As-tu des conseils sur la façon dont un athlète peut déterminer les montants d'entraînement qui lui conviennent ? S'ils concourent plus en powerlifting, devraient-ils s'entraîner davantage avec une focalisation sur le powerlifting, et vice versa pour l'haltérophilie ?
Mahoe : Si vous concourez de manière égale dans chacun, alors je pense que vous devriez tout entraîner tout le temps comme nous le faisons, donc peu importe ce que vous serez prêt à tout. Mais il doit être intelligent et ne pas vous blesser. Je crois que le programme proposé par mon entraîneur, Jack Cambra, est le parfait équilibre entre le powerlifting, les mouvements olympiques, le conditionnement et le travail d'équilibrage musculaire.
Boly : À votre avis, quelles sont les deux principales différences entre la compétition dans ces deux sports ?
Mahoe : La principale différence entre le powerlifting et l'haltérophilie est la durée des compétitions. L'entraînement pour moi est à peu près le même pour les deux. Mon état d'esprit est plus détendu en ce qui concerne l'haltérophilie parce que c'est 2 mouvements, 6 tentatives, et vous pourriez avoir terminé en 2 heures. Les rencontres passent plus vite que les rencontres de powerlifting et c'est amusant. Les rencontres de powerlifting sont bien plus longues que les rencontres d'haltérophilie et peuvent devenir ennuyeuses, ce qui rend plus difficile de rester concentré. En powerlifting, si vous manquez un essai, vous aurez de 10 à 20 minutes pour être fou, pleurer ou être bouleversé jusqu'à votre prochain essai. Dans une rencontre d'haltérophilie si vous manquez un essai et que vous reprenez le même poids, vous avez 2 minutes pour redresser la tête et essayer à nouveau pour ce poids, pas de pleurs, pas de pauses, pas de temps pour être contrarié, il vous suffit d'attaquer.
Boly : Si quelqu'un envisage d'essayer un nouveau sport de force après avoir participé à un sport, que devrait-il prendre en considération ? Devrait-il prolonger sa préparation pour ce scénario ?
Mahoe : Si quelqu'un envisage d'essayer un nouveau sport de force après avoir concouru dans un, alors il doit garder à l'esprit que vous ne pourriez pas sauter dans l'autre sport et être fantastique dans votre premier essai. Ils devraient obtenir un bon entraîneur, apprendre la bonne forme, apprendre toutes les règles de ce sport et travailler sur le (s) mouvement (s) pendant un certain temps avant de sauter dans une compétition. Par exemple, si un powerlifter se lance dans l'haltérophilie, il doit garder à l'esprit la technique des mouvements olympiques et il se peut qu'il ne soit pas en mesure de faire autant de poids qu'il pense qu'il devrait «pouvoir» le faire tout de suite simplement parce qu'il est fort en powerlifting. L'ego peut être le plus gros problème pour les athlètes qui essaient un nouveau sport.
Boly : As-tu des conseils d'entraînement pour les athlètes pratiquant deux sports de force? Les choses que vous avez remarquées en participant aux deux, et les pièges à éviter ?
Mahoe : Le numéro un est la prévention des blessures, faites de votre mieux pour éviter de vous blesser, si vous vous blessez, vous ne pouvez pas vous entraîner. La deuxième serait de se concentrer sur la force absolue. Si vous êtes un athlète de force, la force est la chose la plus importante. Troisièmement, assurez-vous qu'un mouvement que vous faites dans un sport ne nuit pas à un mouvement dans l'autre sport. Par exemple, un développé couché peut détruire votre position de rack et un squat à barre basse peut détruire votre position de capture. Assurez-vous donc que toutes vos techniques se nourrissent positivement et fonctionnent toujours pour rester mobile. Piège à éviter : ne soyez pas une bite. Parfois, les personnes qui réussissent bien dans leur premier sport se lancent dans un deuxième sport et agissent comme si elles devaient automatiquement être connues et être bonnes dans ce sport également. Ce qui conduit à des tentatives irréalistes, à de mauvaises rencontres et parfois à des bulles. Respectez le sport. Si vous vous lancez dans un nouveau sport, ayez le respect de connaître une partie de son histoire qui en a fait ce qu’il est. Restez équilibré, écoutez votre corps, amusez-vous et rappelez-vous, ne soyez pas une bite !
Boly : En termes de régime, est-ce différent lorsque vous vous entraînez et vous préparez pour chaque type de compétition ?
Mahoe : Je ne fais pas vraiment de régime, mais je sais ce que je mange deux semaines après une compétition. Manger du pain ou des céréales fera monter mon poids d'1 kg et parce que je me promène dans mes catégories de poids, cela pourrait faire la différence entre couper et ne pas couper. Certaines choses que je fais une semaine après sont des choses comme augmenter ma consommation d'eau, boire du jus de pruneaux pour nettoyer mon système et manger des asperges en raison de son effet diurétique. Mais à part ça, une gaufre bien cuite ou une crêpe avec des bananes, de la crème fouettée, du sirop de chocolat et de la glace à la vanille est bon.
Boly : Merci beaucoup pour le temps et les idées !

                                              Retour à la page d'accueil : accueil