MICHAEL YULE

        Un champion de Grande Bretagne handisport ...

         Palmarès        Photos       Interview                                

                                   BENCHPRESS PALMARES

          6° DES JEUX PARALYMPIQUES - 65 kg IPC : 2016

            5° CHAMPIONNAT DU MONDE - 65 kg IPC : 2014

 VAINQUEUR DE LA COUPE DU MONDE - 72 kg IPC : 2020
        2° DE LA COUPE DU MONDE - 80 kg IPC : 2019
        3° DE LA COUPE DU MONDE - 80 kg IPC : 2019

                  CHAMPION D'EUROPE - 80 kg IPC : 2015
                  CHAMPION D'EUROPE - 72 kg IPC : 2018
            4° CHAMPIONNAT D'EUROPE - 72 kg IPC : 2013

          " 4° CHAMPIONNAT D'ASIE   - 72 kg IPC : 2018 "
          " 5° CHAMPIONNAT D'ASIE   - 72 kg IPC : 2013 2015 "

              " CHAMPION D'AMERIQUE - 65 kg IPC : 2015 "

                4° DES JEUX DU COMMONWEALTH Heavy : 2014

                            RECORD PERSONNEL - 65 kg : 180   kg   
                            RECORD PERSONNEL - 72 kg : 192   kg   
                            RECORD PERSONNEL - 80
kg : 195   kg    

                                   PHOTOS GALLERY

       




                                   INTERVIEW ( par Ashley Crane pour le site esp-fitness.com le 3 Mai 2016 )

Micky Yule " The Warrior " est un athlète de classe mondiale qui a dépassé les attentes de la société et qui est déterminé à gagner. Micky Yule n'est pas un homme ordinaire, c'est un survivant, un gladiateur moderne. Il était sergent d'état-major des Royal Engineers dans les forces armées britanniques en Afghanistan en 2010 lorsqu'il a marché sur un IED ( engin explosif improvisé ) et a perdu ses deux jambes. Fait remarquable, seulement 4 ans plus tard, il a gagné l'or en Powerlifting aux Jeux Invictus 2014 et s'entraîne actuellement pour les prochains Jeux Paralympiques de Rio. Micky a partagé avec ESP certaines des informations les plus précieuses sur l'esprit des vainqueurs, ce qui le motive et comment il se prépare pour les Jeux paralympiques qui auront lieu plus tard cette année.

AC : Comment avez-vous commencé à pratiquer le développé couché ?

MY : J'ai commencé la musculation dans l'armée avant d'être blessé et j'aimais me dépasser le plus possible. Pendant ma rééducation, j'ai découvert la compétition du développé couché paralympique, ce qui m'a permis de rebondir. Le développé couché a été la motivation qui m'a permis de récupérer et j'ai utilisé cela dans le cadre de ma rééducation. L'une des principales choses qui arrivent quand on se blesse gravement, comme une amputation, c'est la prise de poids, grâce à tous les médicaments. Vous n'avez tout simplement pas la même motivation pour faire quoi que ce soit de physique.
AC : Avant votre blessure, que saviez-vous sur le sport paralympique ?
MY : Ce n'est qu'en 2012, pendant les Jeux paralympiques de Londres, que j'ai réalisé la compétitivité du sport paralympique et que c'était une communauté d'athlètes exceptionnels. Je suis allé à quelques journées portes ouvertes sur le potentiel paralympique où j'ai rencontré quelques membres de l'équipe de Grande-Bretagne qui sont maintenant mes coéquipiers. J'ai réalisé que ces personnes étaient de vrais athlètes, plus forts que je ne l'avais jamais imaginé. J'ai alors su qu'il n'y avait aucune sympathie pour mon handicap et que je devais m'entraîner très dur si je voulais participer à des compétitions de haut niveau et avoir une chance d'être compétitif.
AC : Qu'est-ce qui vous motive à vous entraîner ?
MY : Ma motivation vient du fait que je veux être plus fort. Pour briser les barrières. Pour montrer que je peux affronter les meilleurs, que je peux participer aux plus grandes compétitions de la planète et réussir. J'ai toujours eu une passion pour la vie. J'ai perdu mes deux jambes et je me suis cassé la hanche, le bassin, les coudes et les épaules ; ils ont tous été touchés et les ondes de choc m'ont traversé la tête. Quand je suis allé voir les Jeux paralympiques à Londres, j'ai vu d'anciens soldats participer aux compétitions et j'ai su alors qu'il y avait de l'espoir et que je pouvais être la meilleure version de mon nouveau moi. Beaucoup de soldats blessés se voient comme des cadavres en ruines, prêts à être mis à la casse et ils croient qu'ils vont rester en fauteuil roulant pour le reste de leur vie. Je suis motivé pour changer cette perception, et pour inspirer et donner de l'espoir aux autres soldats blessés.
AC : Qu'est-ce que vous aimez le plus dans la compétition du développé couché ?
MY : L'élément le plus intéressant lorsque vous atteignez un niveau international est la tactique. Tout le monde se pousse pour devenir plus fort et chacun d'entre nous se bat pour être le meilleur. Mais en fait, ce n'est que lorsque vous arrivez aux compétitions nationales où vous pouvez utiliser des tactiques psychologiques pour doser vos adversaires, les regarder et les serrer de près que l'excitation commence.
AC : Que faites-vous dans le cadre de votre entraînement qui a été la clé de votre succès ?
MY : Mes entraîneurs et moi avons constamment trouvé des moyens d'améliorer mon entraînement. Mon succès vient de la périodisation de l'intensité de mon entraînement. Parfois, on a l'impression de pouvoir soulever le monde, mais ce que j'ai appris au cours de mon stage avec les entraîneurs britanniques de développé couché et de powerlifting, c'est qu'il faut se concentrer sur la vue d'ensemble, sur l'objectif à long terme. Il faut être prêt à vider le réservoir de temps en temps et à foncer. Vous devez considérer que votre force vient de l'ensemble de vous et pas seulement d'une partie de vous, ce qui est quelque chose d'assez difficile à comprendre. J'ai dû m'assurer que mes objectifs soient réalistes et ne soient pas toujours trop lourds. Usain Bolt ne sprinte pas 100 m tous les jours en moins de 10 secondes. Je fais deux ou trois pointes sur des mois de bloc d'entraînement et je travaille tout aussi dur sur mon dos et mes triceps. Beaucoup de gens ne se rendent pas compte que le dos est votre brique. Si vous ne pouvez pas empêcher cette barre de descendre, elle vous écrasera. Il est donc important d'activer son dos et de l'utiliser comme barrière entre vous et le poids. C'est la base de la construction de la puissance dans le reste du haut du corps.
AC : Pensez-vous que les gymnases pourraient faire plus pour les handicapés ?
MY : Les gymnases peuvent cocher les cases " adapté au handicap " sur les manuels de santé et de sécurité, mais en réalité, lorsque vous êtes en fauteuil roulant, il y a tellement de choses que vous ne pouvez pas faire. La plupart des personnes qui utilisent un établissement sont physiquement aptes et l'accès aux équipements peut donc être extrêmement difficile, vous ne pouvez pas vous attacher ou charger les équipements. J'ai trouvé cela très difficile lorsque j'étais en convalescence et parfois même maintenant, cela peut être frustrant. Mais je suis très heureux de mon partenariat avec ESP Fitness qui conçoit une salle de gym à domicile de très haut niveau pour que je puisse m'entraîner au mieux de mes capacités. Je travaille avec le Dr Vern Neville, PDG, pour concevoir un équipement spécialisé qui répondra spécifiquement à mes besoins en tant que double amputé. Les gains que j'en tirerai seront énormes. Même sur le plan de la sécurité, disposer d'un équipement sur mesure, accessible et adapté va changer ma vie, surtout avec ma formation qui me mènera jusqu'à Rio 2016, puis aux Jeux futurs et au-delà.
AC : Quels mots d'encouragement pouvez-vous adresser à ceux qui ont également un handicap et qui cherchent à faire du sport ?
MY : N'abandonnez jamais. Saisissez toutes les occasions qui vous sont offertes pour arriver là où vous voulez aller. Vous n'arriverez peut-être pas aux Jeux paralympiques, mais vous arriverez à un endroit où vous pourrez être heureux en vous-même. Viser à devenir une meilleure personne vous rendra plus heureux à la maison et rendra ceux qui vous entourent plus heureux aussi. L'obstacle le plus difficile à surmonter est le sentiment d'inutilité, et le sport est la meilleure chose que je connaisse qui vous mènera à un endroit meilleur ; il vous aide à vous responsabiliser et à vous sentir mieux dans votre corps, quel que soit votre handicap. Le sport vous donne une famille, des amis et une raison de viser haut. Crois en toi et tu peux tout réaliser.

                                                            Retour à la page d'accueil : accueil