LOUISE SUGDEN

        Une championne de Grande Bretagne handisport ...

         Palmarès        Photos       Interview                                

                                   BENCHPRESS PALMARES

            7° CHAMPIONNAT DU MONDE - 86 kg IPC : 2019
           10° CHAMPIONNAT DU MONDE - 86 kg IPC : 2017

  VAINQUEUR DE LA COUPE DU MONDE - 86 kg IPC : 2019 2019 2020
         3° DE LA COUPE DU MONDE - 86 kg IPC : 2019

                CHAMPIONNE D'EUROPE - 86 kg IPC : 2018

          " 4° CHAMPIONNAT D'ASIE - 86 kg IPC : 2018

                         RECORD PERSONNEL - 86 kg : 125   kg    

                                   PHOTOS GALLERY

       



                                   INTERVIEW ( par Molly McElwee pour The Telegraph le 21 Février 2022 )

Le passage de la paralympienne Louise Sugden du basketball en fauteuil roulant au para développé couché a été un changement radical : du sport d'équipe à l'individuel, du chargement en glucides au grignotage sur du biltong riche en protéines, et l'échange de cardio pour des poussées de trois secondes de levage de poids. Une chose qui n'a pas changé, c'est le soutien indéfectible de sa mère Janet.

Louise a commencé le basket-ball en fauteuil roulant à l'âge de 13 ans, lorsque sa mère la conduisait une heure dans chaque sens de leur domicile de Newbury au club Hounslow où elle s'était entraînée. Maintenant, deux Jeux paralympiques et 22 ans plus tard, Janet offre autant de coup de main dans la nouvelle passion de Louise, en repérant pour elle pendant qu'elle travaille au développé couché.

" Ma mère s'entraîne avec moi tous les lundis. Si elle doit me retirer la barre à tout moment, à chaque fois elle me dira qu'elle a fait un record personnel, parce qu'elle a réussi à m'enlever plus qu'elle ne le pensait, " Louise, 35 ans, rit. " Son record personnel est quand même de 120 kg. Elle est dans la soixantaine mais elle devient plus forte - c'est incroyable. Elle est un peu une légende. "

" Elle dit qu'elle pense que c'est l'instinct de maman, elle ne me laisserait pas m'écraser sous la barre."

Il y a douze ans, Louise a fait ses débuts aux jeux paralympiques de Pékin, puis a participé à ceux de Londres 2012, tous deux en basketball en fauteuil roulant. Même si elle avait espéré une troisième apparition, elle dit que la perspective de le faire en développé couché à Tokyo, si peu de temps après sa retraite de basket-ball en 2017, est époustouflante : " Si vous m'aviez dit il y a quatre ans que je serais ici, je vous aurais traité de fou. "

Elle admet qu'elle était " l'une des joueuses les plus physiques " de son équipe de basket-ball, mais sa montée au développé couché a été incroyablement rapide. Après avoir envoyé un courriel à l'équipe britannique de développé couché pour lui dire qu'elle cherchait à essayer un nouveau sport, elle a eu sa première séance en juin 2017 et a soulevé 77,5 kg. En avril 2018, elle était médaillée d'argent au Jeux du Commonwealth avec un soulevé de 103 kg, et en mai, championne d'Europe avec un développé de 108 kg. Tout en restant autofinancé.

Ces distinctions lui ont valu un financement du Sport britanique, mais même si la force lui est venue quelque peu naturellement, s'adapter à être seule sur le podium a été difficile. " Normalement, j'ai mes filles [ du basket-ball ] là-bas et je peux juste rebondir sur elles, mais aux Championnats du monde, cinq mois après que j'ai commencé, c'était juste moi. Je ne pense pas avoir apprécié la difficulté être jusque-là. Ce n'était que ma deuxième compétition et j'étais tellement nerveux. J'ai eu mon premier essai et je ne peux pas vous dire comment je l'ai fait parce que je tremblais tellement. "

Maintenant, elle s'est habituée au sport individuel, et les poids ont continué d'augmenter. Son record personnel en compétition internationale est de 122 kg et elle est en lice pour une place à Tokyo. Classée cinquième au monde dans sa catégorie de poids, Sugden doit toujours figurer parmi les huit premières à la fin avril pour assurer sa place paralympique.

Cela signifie défendre ses points au classement, y compris lors de la Coupe du monde de Manchester ce week-end - la première compétition internationale de para développé couché jamais organisée au Royaume-Uni. Devant une foule locale, elle dit qu'elle espère que l'atmosphère l'aidera à la pousser vers son prochain record personnel, alors qu'elle tente de se rapprocher de la zone des médailles paralympiques - environ 130 kg.

Le fait qu'elle participe contre le stéréotype masculin traditionnel du développé couché, en tant que femme et en tant que personne en fauteuil roulant depuis un accident de voiture à l'âge de neuf mois, est quelque chose qui lui procure beaucoup d'amusement. Surtout dans les gymnases commerciaux plutôt que dans sa base d'entraînement d'élite habituelle de Loughborough. "J 'avais mon banc dans une salle de sport du centre de loisirs et je prenais des vidéos de mon entraînement pour les envoyer à mon entraîneur. J'attrapais régulièrement des gens en arrière-plan de ma vidéo, la mâchoire baissée, incrédule face à ce que je soulevais.

" Les gens venaient souvent me voir et me demandaient pourquoi j'étais si forte. Je [vais] contre tous les stéréotypes et j'aime que ça change les perceptions. "

Louise est encouragée par la tendance à l'augmentation du nombre de femmes qui font de la musculation, en particulier sa propre sœur. " Les femmes sont de moins en moins intimidées par les poids libres et je pense que cela ne peut être qu'encouragé. Ma sœur a commencé à soulever des poids et à faire du powerlifting. Elle vient de réussir un soulevé de terre de 120 kg, donc c'est évidemment un trait de famille ", rit Louise.

Alors qu'elle continue de garder son travail dans la famille, son seul espoir maintenant est qu'elle soit dans l'avion pour Tokyo avec eux : " Ma maman est déjà réservée pour aller à Tokyo, même si je ne suis pas encore officiellement qualifiée. "

                                                            Retour à la page d'accueil : accueil