CLAUDE SITRUK

       Ce sympathique champion vient de remporter son 12° titre mondial master ( un nouveau record ) ...    

                    Palmarès        Photos          Interview                                

                                                      BENCHPRESS PALMARES

           CHAMPION   DU MONDE    MASTERS 2     - 60   kg IPF : 2001 2002
           CHAMPION   DU MONDE    MASTERS 2     - 67,5 kg IPF : 2003 2004 2005 2006 2007 2008
           CHAMPION   DU MONDE    MASTERS 3     - 66   kg IPF : 2011 2012 2016 2017
           CHAMPION   DU MONDE OPEN HANDISPORTS - 60   kg IPF : 1999
      VICE-CHAMPION   DU MONDE    MASTERS 3     - 67,5 kg IPF : 2010
      VICE-CHAMPION   DU MONDE    MASTERS 3     - 66   kg IPF : 2014 2015
       3° CHAMPIONNAT DU MONDE OPEN HANDISPORTS - 60   kg IPF : 1996

           CHAMPION   D'EUROPE    MASTERS 1     - 60   kg EPF : 1998 1999
           CHAMPION   D'EUROPE    MASTERS 3     - 66   kg EPF : 2011 2013 2014 2015 2016
           CHAMPION   D'EUROPE    MASTERS 2     - 67,5 kg EPF : 2004 2009
           CHAMPION   D'EUROPE    MASTERS 3     - 67,5 kg EPF : 2010
      3° CHAMPIONNAT  D'EUROPE     OPEN         - 67,5 kg EPF : 2006
           

           CHAMPION   DE FRANCE   MASTERS 1     - 60   kg : 1995 1998 1999 2000
           CHAMPION   DE FRANCE   MASTERS 2     - 67,5 kg : 2003 2007 2008 2009
           CHAMPION   DE FRANCE   MASTERS 3     - 66   kg : 2013 2014 2015 2016 2017
           CHAMPION   DE FRANCE   MASTERS 3     - 66   kg : 2015 ( Raw )
           CHAMPION   DE FRANCE   MASTERS 3     - 67,5 kg : 2011
           CHAMPION   DE FRANCE    OPEN         - 60   kg : 2000 2001 2002
      VICE-CHAMPION   DE FRANCE    OPEN         - 60   kg : 1996 1997 1998
      VICE-CHAMPION   DE FRANCE    OPEN         - 67,5 kg : 2005 2006
      3° CHAMPIONNAT  DE FRANCE    OPEN         - 67,5 kg : 2003 2004

                                              RECORD DE FRANCE MASTERS - 56   kg : 135   kg
                                              RECORD DU MONDE  MASTERS - 60   kg : 167,5 kg
                                              RECORD DU MONDE  MASTERS - 67,5 kg : 183,5 kg
 

                                                       PHOTOS GALLERY

Sitruk2.jpg (32309 octets) SitrukTaretHiroyuki.jpg (53696 octets) Sitruk1.jpg (69808 octets) Sitruk5.jpg (24427 octets) Sitrukp.jpg (37635 octets)
Sitruk11.jpg (36769 octets) MoalliSitruk.jpg (48334 octets) Sitruk9.jpg (20409 octets) Sitruk10.jpg (54843 octets) Sitruk8.jpg (39476 octets)
Sitruk6.jpg (39093 octets) Sitruk12.jpg (49614 octets) Sitruk3.jpg (20566 octets) Sitruk7.jpg (35753 octets) Sitruk4.jpg (97410 octets)
sitruk.JPG (41800 octets) sitruk1.JPG (35298 octets) sitruk2.JPG (63001 octets) Sitruk.jpg (40780 octets) Sitruk2.jpg (113741 octets)





                                                       INTERVIEW
                 réalisée par Pascal Girard pour le site

     PG : Claude peux-tu nous dire quel est ton passé sportif !
     CS :
Pour tout te dire, j’ai commencé à pratiquer la musculation en 1976 à l’âge 26 ans dans un club de la région parisienne, à Massy dans l’Essonne (91) et cela pendant 3 saisons,  ou j’ai obtenu quelques performance pas négligeable au Développé Couché  notamment des petits records départementaux en - 52 kg : 125 kg et en  – 56 kg : 137,5 kg. Après ça j’ai stoppé pendant de longues années pour me consacrer à ma nouvelle vie, car j’ai eu mon premier enfant, et j’ai fait construire une maison en province. Donc interruption totale de la musculation pendant 16 ans ! Ensuite j’ai repris en 1995 à l’âge de 44 ans, pour mon premier Championnat de France avec la FFHMDA, à Berck sur Mer (62) ou j’obtient un titre en Masters I.
    
PG : Comment est-tu venu au Développé Couché et la Compétition ?
     CS :
Comme vous le savait tous, je suis handicapé des membres inférieurs ( poliomyélite ) depuis l’âge de 9 mois, et je suis sorti de mon fauteuil roulant à l’âge de 17 ans, après avoir subi pas mal d’interventions chirurgicales pour pouvoir marcher à peu près correctement. Le sport pour handicapés chez les « Valides » était moins accessible qu’aujourd’hui. J’ai fait la connaissance de Joseph PONNIER. Et là ça été le déclic pour moi, il m’a expliqué que si je pouvait respecter le règlement de la Fédé, et sous quelques conditions je pouvais participer aux compétitions des valides. Alors j’en ai parlé à mon club de Massy, qui n’ont vu aucune objection à ma participation aux compétitions, tout en sachant que je serait déclassé, du fait qu’à l’époque il fallait également faire le squat pour prétendre à un titre. 16 ans plus tard en 1994 j’ai été licencié de ma société, donc ‘’ Chômage ‘’ et pour m’occuper l’esprit, j’ai décidé de créer mon propre club d’Initiation à la Musculation dans mon petit village de 900 habitants, où là j’ai été remarqué par un membre d’un club voisin, venu par curiosité prendre des renseignements, il me fait comprendre qu’avec les barres que je réalisais, je pouvais avoir des chances de me classer en championnat tant sur le plan départemental, régional, interrégional que national ! Donc j’ai affilié mon club à la FFHMDA. Jamais je n’aurai pu croire un instant être un jour Champion et recordman du Monde, à mon âge : 52 ans ! et en plus petite taille, petit poids, et handicapé par dessus le marché. Comme l’avait dit Coluche dans son Sketch « ça va être dur, même très, très dur ! ».
    
PG : Quel est ton meilleur souvenir en Compétition ?
     CS :
Mon meilleur souvenir en compétition à été le championnat de France 2000 à Challans où là j'ai tout gagné ! 1er en Masters , 1er en Open et 2 records de France Masters. J'ai été sacré Champion des Champions en OPEN et MASTERS, et tout ça devant le jeune, ( 16 ans d’écart quand même ) et l'invincible athlète Alphonse CUCUZZELLA.
    
PG : Quel est le titre dont tu es le plus fier ?
     CS :
Le titre dont je suis le plus fier, c'est sans aucun doute, celui que j'ai gagné cette année, au Championnat du Monde Masters 2002 à KILLEN – TEXAS (USA). Où là j'ai pratiquement tout remporté, un titre de Champion du monde, quatre barres : quatre records du monde, 145 – 150 – 155 – 157.5 et 2ème à l'indice de performance !
    
PG : As-tu une anecdote surprenante que tu as vécu en compétition ?
     CS :
Ce n'est pas vraiment une anecdote, mais je tiens quand même à m'exprimer sur un sujet qui me touche beaucoup " mon handicap ". Lors du championnat de France à Challans en 2000, à la remise de coupe à l'indice, un athlète m'a littéralement envoyé à la figure, que je ferais mieux de retourner en handisports, et si je peux me permettre ! de ne plus Emm ... er ! les athlètes de haut niveau ainsi que la Fédération, et que l'ont n'a pas besoin de CLOWNS ! Je lui est tout bêtement rétorqué : Coupe toi une jambe, et tu serras peut être plus fort ! Je sais, c’est SUPER NUL, mais que veux-tu, à la longue c’est épuisant d’entendre ça ! Il me semble que mon intégration au sein de l'équipe de France est je crois mérité par mes performances et non pas à ma tête, où la pitié ! Je n'empêche pas les autres athlètes de faire des barres plus haute que les miennes, bien au contraire, c'est pour cela je crois que sont organisées les compétitions, non ? Où alors j'ai rien compris au film !
    
PG : Les perdants ne sont pas toujours intelligent ! Quel poids, séries, exercices, mouvements, techniques, ... utilises-tu pour t'entraîner ?
     CS :
Mon entraînement est fait sur trois jours par semaine, à raison de 3 h par séance, il est bien entendu qu'il est basé essentiellement sur toute la partie supérieur de mon corps ! Je fait du développé couché à chaque séance, le lundi pyramide jusqu'à 98 % de mon maxi, ensuite renforcement musculaire, donc biceps, triceps, épaules, avant bras, dorsaux, lombaires, tout en séries de 4 par 10 reps. Le mercredi développé couché 5 séries de 5 répétitions à 80 % de mon maxi, et de nouveaux renforcement musculaires. Le vendredi entraînement identique au lundi. En ce qui concerne le maillot de développé couché, je ne l'utilise que deux fois dans le mois qui précède une compétition, surtout pour les championnats de France, Europe et Monde.
    
PG : Comment te prépares-tu pour une compétition ?
     CS :
Ma préparation à une compétition ne change pas trop, si ce n'est que je réduis le nombre de répétitions dans mes séries, et que j'arrête mon entraînement environ 72 heures avant la compèt. Le plus souvent j'essaie de faire le vide dans ma tête, car vois tu, quelque soit le niveau de la compétition, pour moi, ces prestations sont toutes importantes !
    
PG : Peux-tu nous parler de ton régime, suppléments, vitamines ?
     CS :
Je ne suis aucun régime alimentaire, je profite au maximum de la vie, je suis un bon vivant, j'aime bien manger ! Quant aux suppléments, protéines, acides aminés, etc ... RIEN ! Concernant les vitamines, uniquement de la "C" pendant la période hivernale pour combattre les grippes, rhum, et c'est tout ! Sinon je laisse faire la nature !
    
PG : Trouves-tu que tu as eu de la chance de participer à des compétitions handisports et valides ?
     CS :
Sans être trop fier, je ne pense pas que ce soit une chance, mais je dirais plutôt que les opportunités m'ont bien été présenté et que mon potentiel musculaire pouvait me permettre de pratiquer la musculation, et plus particulièrement le Développe Couché ! En handisport, je n'y suis resté que 3 années, j'espérais participer aux J O de Sydney, mais le sort en a voulu autrement, surtout l'âge ( 50 ans ) ... on a privilégié les jeunes, et en plus c'était le première fois que les fille en "Haltérophilie" étaient admises ! Donc l'éternel sujet et problème d'argent, donc peu d'athlètes sélectionnés ( H=5, F=5 ) que des jeunes. Chez les valides par contre, c'est super je me sens vraiment à ma place, sans faire de la démagogie ! La Fédération m'a bien récompensé pour mes efforts, et j'en profite pour remercier tout les membres, pour m'avoir fait confiance et j'espère ne pas les avoir déçu, et ne pas les décevoir pour les prochaines compétitions, je ne vais pas les citer par crainte j’en suis sûr d’en oublier. Et merci encore à tous !
    
PG : Comment pourrait-on plus populariser notre sport ?
     CS :
Dans un premier temps, sensibiliser les MEDIAS et arrêter de dire que c'est un sport de " DOPES " que nous faisons de la gonflette, que notre intelligence est dans nos muscles, que c'est un sport de brutes ! et j'en passe ! Les gens ne se rendent même pas compte des heures d'entraînement qu'il faut pour obtenir les résultats que l'on a. Mais il est vrai qu'il y a des athlètes malhonnêtes, il ne faut pas se voiler la face, c'est dans tous les sports, on ne peut pas éviter les tricheurs ! Et le cyclisme alors !  Mais c'est vrai, notre sport ne rapporte rien et surtout pas d'argent ! Il est trop souvent montré du doigt !
    
PG : As-tu garder des contacts avec d'autres champions handisports ?
     CS :
Je n'ai garder aucun contact avec d'autres athlètes d'handisports, pour des tas de raisons, d'ordre psychologique et relationnelle, je suis plus valorisé chez les " VALIDES ".
    
PG : Le développé couché est le sport N°1 en handisports, comment le faire mieux découvrir en France ?
     CS :
Le Développé Couché en handisport est appelé « HALTEROPHILIE » parce qu’il est plus crédible par le ministère, et de plus, l’haltérophilie est un sport Olympique ! Donc si tu vois ce que je veux dire, c’est encore une petite histoire d’Argent ! Mais ce n’est pas grave, je ne vais pas blasphémer ! OK ! Comment le faire mieux découvrir, et bien pour moi, dans un premier temps, ce serait de ne pas le séparer des Jeux Olympiques dit « VALIDES » ce qui me paraît  être la meilleur façon de sensibiliser le public sportif, surtout et encore les MEDIAS ! On entend toujours dire que les handicapés ont une force de caractère, de courage, de volonté, voir même être une locomotive dans le club dont je fait parti. On entend aussi parler d’intégration des handicapés dans la société, alors si le sport est l’école de la vie, pourquoi le dissocier ? Pour revenir au développé couché, il faut dire quand même que c’est le mouvement de prédilection de la musculation dans tous les clubs, on verra toujours un banc de couché et pas forcément un plateau d’haltérophilie, donc raison de plus en handisport !
    
PG : Que préfères-tu dans notre sport, ... tes liens avec les autres compétiteurs ?
     CS :
Je n’ai pas de préférence dans notre sport, les liens avec les autres compétiteurs sont je crois une histoire de copains, de se revoir dans les grands championnats, c’est aussi une grande famille, c’est vrai qu’il y a un esprit de vouloir battre les autres concurrents, mais c’est également et surtout de vouloir se surpasser ce jour là, et pas un autre jour !
    
PG : Si tu devais donner un conseil à un compétiteur ?
     CS :
Tu sais les conseilleurs ne sont pas toujours les payeurs, tu vois encore les « SOUS ». Non je plaisante ! Un conseil, oui ! rester humble, garder la tête froide, respecter les autres adversaires, après tout ce n’est qu’un sport !
    
PG : Quels sont tes prochains objectifs en compétition ?
     CS :
Mon prochain objectif, serrait de passer les 175 kilos, au championnat de France, 170 à Europe et pour finir 172.5 à Monde, car je trouve que c’est plus difficile dans les compétitions Internationales.
    
PG : As-tu d'autres éléments à apporter ?
    
CS : Je souhaite à tous les autres athlètes de pouvoir un jour participer à un Championnat d’Europe où du Monde de Développé Couché, et pourquoi pas en France ?
    
PG : Un grand merci d'avoir répondu à mes questions et bonne continuation.        

                                               Retour à la page d'accueil : accueil