JOSEPH PONNIER

       On ne peut pas parler de Développé Couché en France sans parler de Joseph, ce champion sympathique aux performances et au palmarès exceptionnels a été le pionnier : créateur du 1° championnat de France de développé couché ( 1988 : 3F ) et du championnat du monde ( 1991 : WDFPF ) ... Il a tout gagné ... sauf les jeux paralympiques où il a quand même fini deux fois deuxième ... A partir des années 2000, il a continué à se dépenser sans compter pour faire profiter de son savoir et de ses conseils à tous ceux qui lui demandaient. Revendeur officiel d'Inzer en France, il a toujours suivi l'évolution de notre discipline et n'avait pas peur de pousser des coups de gueule contre les dérives de nos fédérations en France. Il vient de nous quitter à l'âge de 65 ans en 2017 ...

              ancien site internet : www.csnfa.com

                        PALMARES       PHOTOS     INTERVIEW     PROGRAMME

               BENCHPRESS PALMARES

      VICE-CHAMPION PARALYMPIQUE - 57   kg IPC : 1976 1980

           CHAMPION  DU MONDE HANDISPORTS - 57   kg  IPC   : 1977 1978 1979 1980
           CHAMPION  DU MONDE HANDISPORTS - 65   kg  IPC   : 1984
           CHAMPION  DU MONDE    OPEN     - 67,5 kg WDFPF  : 1991 1992

           CHAMPION D'EUROPE  HANDISPORTS - 57   kg  IPC   : 1978 1983

           CHAMPION DE FRANCE HANDISPORTS - 57   kg  IPC   : 1974 1975 1977 1978 1979 1980
           CHAMPION DE FRANCE    OPEN     - 67,5 kg   3F   : 1987 1988 1989 1990 1991 1992
           CHAMPION DE FRANCE    OPEN     - 67,5 kg FFHMDA : 1996
           CHAMPION DE FRANCE   MASTERS 1 - 67,5 kg FFHMDA : 1994
           CHAMPION DE FRANCE   MASTERS 2 - 75   kg FFHMDA : 2003

                      2° au Challenge Jean Villenave avec Montereau : 2003

        Français le plus léger à pousser plus de 200 kg au Développé Couché !

                                              Meilleure Performance Handisports - 57   kg : 205   kg ( 1983 )
                                              Meilleure Performance Handisports - 65   kg : 210   kg ( 1984 )
                                              Meilleure Performance    Open     - 60   kg : 195   kg ( 1986 )
                                              Meilleure Performance   Masters 1 - 67,5 kg : 205   kg ( 1997 )
                                              RECORD DU MONDE         Masters 2 - 75   kg : 202,5 kg ( 2003 )

                                 Meilleure Performance en maxi à 150 kg : 13 répétitions !

                                   PHOTOS GALLERY

Ponnier8.jpg (27492 octets) Ponnier3.jpg (64889 octets) Ponnier1.jpg (63280 octets) Ponnier9.jpg (65401 octets) Ponnier4.jpg (62862 octets)
Ponnier5.jpg (28123 octets) Ponnier6.jpg (32669 octets) Ponnier7.jpg (33533 octets) Ponnier2.jpg (30025 octets)

               INTERVIEW
                          réalisé par Sylvie Mingot pour le site ( Mars 2006 )

SM : Joseph, parlons de toi !
JP : Né en Indochine le 15 Août 1952 de Père Français et Mère Vietnamienne, orphelin de guerre et en plus handicapé poliomyélite ( pas de chance hé ben !! ), marié 2 enfants ( garçon et fille ), comptable et j'habite en Seine et Marne à Pontault Combault.
SM : Comment es-tu venu à la musculation et plus particulièrement au Développé Couché ? 
JP : Je suis venu à la musculation vers l'âge de 18 ans, n'ayant pas d'argent et afin d'éviter d'en dépenser dans les bistrots avec les copains, je me suis inscris dans une salle de musculation. Tout d'abord en Handisport : j'ai fait les Jeux Olympiques des handicapés en 1976 au Canada et 1980 en Hollande et terminé deux fois médaillé d'argent. Tout en faisant du sport chez les handicapés je concourrais aussi chez les valides. Quand je dis " valides " cela me fait un peu sourire, sincèrement entre un homme valide qui mesure 1,50 m et pèse 100 kg et un autre valide qui mesure 1,80 m et qui pèse 100 kg : qui est handicapé au développé couché ??? Un homme qui mesure 2,30 m et qui saute 2,30 m et un autre qui mesure 1,70 m et qui saute 2 m qui est handicapé et qui a gagné ??? Je vous laisse réfléchir ... Je suis venu aux compétitions de Développé Couché unique vers 1974, dans une salle chez Pierre RIGAUD cité Magenta à Paris. Il y avait de gros pousseurs, les meilleurs de France, comme LE CHARTIER, RAGOBERT, YMGA, ORNEME. Comme je l'ai déjà dit dans quelques revues : " pourquoi pas moi avec mes bras ce que font les autres avec leurs jambes ? ? ". Mais j'ai gardé cela au fond de moi de peur qu'on me rigole au nez et aussi la vie réserve tellement de surprises que je ne pouvais pas deviner qu'un jour je ferais 200 kg à l'époque. Ce rêve est devenu réalité.
SM : Pratiques tu d'autres activités sportives que le Développé Couché ? 
JP : Au début j'ai essayé le basket en fauteuil roulant mais c'est un sport collectif où tu es obligé de dépendre des autres .. et souvent il y avait des retards : je ne pouvais pas attendre et ni me permettre de m'entraîner à des heures tardives, étant marié avec des enfants à m'occuper.
SM : Tes meilleurs moments en compétition ? 
JP : Mes meilleurs moments : 195 kg avec un poids de corps de 60 kg en compétition en banlieue nord de Paris au club du Blanc de Mesnil puis 201 kg pour la 1ère fois de ma vie, ensuite 202,5 kg avec un poids de corps de 63 kg. 13 fois 150 kg avec temps d'arrêt sans rebond sur la poitrine, 5 séries de 5 à 175 kg, et une série de 5 à 185 kg surtout à l'époque tout cela sans maillot de force.
SM : Ton pire cauchemar en compétition ? 
JP : Je n'ai jamais eu de cauchemar : pour moi une défaite ou une déception cela me remettait en question et surtout ce n'est JAMAIS acquis définitivement. Comme me disait Pierre RIGAUD, mon tout premier conseiller et entraîneur : " tu sais Joseph, quand tu réussis ta compétition cela n'est jamais acquis définitivement ; il faut toujours continuer et se remettre en question ". J'ai beaucoup apprécié chez cet homme sa tolérance :, un jour je voulais prendre une barre à 150 kg, mais lui m'avait conseillé de prendre 147,5 kg, mais j'ai pris 150 kg et j'ai raté, il est venu vers moi et m'a dit : " ça ne fait rien Joseph tu l'auras la prochaine fois ". Quand je pense que certains entraîneurs engueulent l'athlète en lui disant : " tu vois imbécile, je t'avais dis de prendre cette barre, si tu as raté c'est de ta faute ". Personnellement je trouve cela inadmissible car un entraîneur ne peut pas se mettre dans la peau de son athlète le jour de la compétition.
SM : Tu es à l'origine des compétitions de Développé Couché unique. Peux tu nous expliquer ce qui t'as poussé à cela ? As tu eu des freins à cette mise en route ? 
JP : Oui c'est vrai, je suis à l'origine de la création du championnat de France et International du Développé Couché, à l'époque de la FFFA ( Fédération Française de la Force Athlétique ). Je voulais commencer à lancer le Développé Couché comme compétition unique ... parce que, sans critiquer, je pense que les " valides " se sentaient un peu gênés de faire uniquement du Développé Couché ! Mais moi je trouvais ridicule de voir un athlète de 90 kg faire en FJ 90 kg, au ST 100 kg et au DC 200 kg puisque le règlement l'obligeait de faire les 3 mouvements ! D'ailleurs en ce moment, on oblige les mômes de faire les 3 mouvements et on leur interdit de faire le Développé Couché unique ( comme excuse pour éviter qu'ils deviennent des " flamants roses " ) alors interdisons aussi en athlétisme la perche individuelle et obligeons les mômes à faire l'heptathlon ou le décathlon, interdisons aussi le ski seul et obligeons les à faire le biathlon etc … etc … Puis à l'époque de la FFF ( Fédération Française de la Force ), j'ai essayé de lancer le Développé Couché unique, par vote dans une assemblée générale : il manquait une voix. L'année d'après ce fut accepté en majorité. Je pense qu'il y avait la peur de voir du monde et aussi pour certains bénévoles de voir beaucoup de boulots à faire au début : créer les minima, + faire les classements + faire des qualificatifs + organiser un nouveau championnat de France en plus de la FA. Hé oui beaucoup de gens aiment être responsables pour " l'étiquette " mais quand il s'agit de bosser c'est autre chose. Puis en même temps Georges GERARD, Président de la Fédération Française de la Force, m'a aidé à rédiger une lettre en anglais que j'ai envoyée au Président de l'IPF, H. VIRTHALER, en Allemagne, pour lui proposer un championnat d'Europe et du Monde du Développé Couché. Il a vite accepté et mis cela en œuvre dès 1990. Mais le 1er championnat du Monde du Développé Couché fut organisé à Saint Malo en Bretagne par la Fédération Française de la Force en 1991 affiliée à la WDFPF à l'époque.
SM : Le fait que la Force Athlétique soit enfin reconnue comme " sport de haut niveau ", qu'en penses-tu ? 
JP : Je suis heureux et fier que la Force Athlétique soit reconnue comme " sport de haut niveau " et je souhaite que cela dure. Je pense que moi aussi j'ai beaucoup contribué à cela avec tous les anciens. Pour moi je dirais que c'est grâce à l'existence de Fédérations Françaises dissidentes ( non reconnues par le Ministère de la Jeunesse et des Sports ) que la Force Athlétique est toujours là et que le Développé Couché est né. Pour moi s'il n'y avait pas eu ces Fédérations pour faire vivre la Force Athlétique et créer le Développé Couché unique, la Force Athlétique n'aurait pas le statut de haut niveau et il n'existerait pas de compétitions de Développé Couché unique. Alors je dis merci à la Fédération Française de Force Athlétique, merci à la Fédération Française de la Force et merci à la Fédération Française de Powerlifting etc … J'espère qu'un jour le Développé Couché individuel sera aussi " sport de haut niveau " comme la perche individuelle, le ski individuel, le cyclisme individuel, la natation individuelle etc …
SM : Tes solutions pour faire augmenter le nombre de licenciés FA et DC en compétition ? 
JP : Tout d'abord, il faut que les mentalités changent pour certains responsables dans la Fédération Officielle, que ces responsables respectent la Force Athlétique et le Développé Couché comme ils respectent l'haltérophilie et aussi que les responsables de la Force Athlétique respectent le Développé Couché, qu'on se respecte tous mutuellement. Que tous les clubs jouent le jeu et licencient tous leurs adhérents. Dans d'autres fédérations, les Président(e)s de clubs savent "jouer le jeu" en licenciant au maximum tous leurs adhérents (football, tennis, pétanque, judo, karaté...). Voilà pourquoi ces fédérations sont financièrement puissantes… Ne cherchez pas pourquoi notre sport est si bas et pauvre. A qui la faute ? La réponse est entre vos mains Président(e)s de Clubs… Un club qui possède + de 500 adhérents n'est il pas fier d'annoncer à son Maire son nombre d'adhérents ? C'est un peu comme dans une compétition, si le Maire voit une compétition avec 3 pèlerins du coin, il donnera 10 euros de subvention, mais si le Maire voit + de 500 personnes dans une salle (athlètes, famille et accompagnateurs), le Maire donnera 1500 euros de subventions. Alors Messieurs les Présidents de club aidez aussi à votre tour VOTRE Fédération et soyez fiers d'être dans une fédération super puissante en licences comme vous-même vous êtes fiers d'avoir + de 500 adhérents à votre club !!
SM : Tes solutions pour amener des bénévoles dans les clubs ... et au sein de la Fédération ? 
JP : Pas facile de trouver des solutions pour amener des bénévoles dans les clubs et au sein de la Fédération. Les vrais bénévoles se meurent doucement et les jeunes de maintenant veulent l'argent. Pour moi, si un jeune est mordu de notre sport il faut l'aider et surtout lui faire comprendre que notre sport, ce n'est pas le tennis, ni le football. C'est un peu comme moi au début c'était la motivation de faire ce sport, de prouver qu'on peut, mais surtout c'est un jeu qui devient une passion. Au début JAMAIS je n'ai pensé pouvoir être un jour derrière la barrière et devenir responsable dans des fédérations non reconnues ( à l'époque ). Mon seul objectif : les barres… Puis avec le temps la passion arrive… Je dirais en quelque sorte : laissez le jeune venir, laisser lui la joie et le plaisir de pousser des barres, mais surtout lui faire comprendre que ce n'est pas du tennis, ni du football, il n'y a RIEN dans notre sport, seulement une poignée de main quand tu es sur le podium et une rondelle de médaille. Ne pas se leurrer et lui dire la vérité : si tu es champion du monde de Force Athlétique ou Développé Couché ou de Culturisme, Monsieur le Maire de ta ville se " sauve " mais si tu es champion départemental de tennis ou football, Monsieur le Maire te cherchera un boulot ou logement. Alors si vous avez réussi à faire comprendre à ce jeune notre sport, vous avez réussi à lui faire mordre à l'hameçon et certainement un jour il deviendra un vrai bénévole.
SM : Ta conclusion ... 
JP : le sport reste les athlètes et dirigeants passent…! Les cimetières sont remplis de gens qui se croyaient indispensables ou invincibles ...

                                          Retour à la page d'accueil : accueil