ROBERT LUYANDO

        Un grands champions américains mi-lourd, qui est irrésistible en ce moment, il vient de descendre de catégorie pour battre le record absolu en 100 kg à l'APF Illinois Record Breakers 2006 ! Il vient de battre le record du monde toutes fédérations dans une 3° catégorie !!!

Palmarès          Photos          Interview          Entraînement

                  BENCHPRESS PALMARES

           VAINQUEUR DE L'ARNOLD CLASSIC Middleweight WPO : 2006 2007  

           VAINQUEUR DU BENCH BASH FOR CASH - 110 kg WPO : 2005
           VAINQUEUR DU BENCH BASH FOR CASH - 100 kg APF :
2007
           VAINQUEUR DU BENCH BASH FOR CASH - 110 kg APF :
2007

                                          Record Personnel - 100 kg :  377,5 kg ( 832 lbs )
                        RECORD DU MONDE TOUTES FEDERATIONS - 110 kg :  410   kg ( 905 lbs )
                                          Record Personnel - 125 kg :  431   kg ( 950 lbs )
                                          Record Personnel + 125 kg :  436   kg ( 959 lbs )

                        homme le plus léger à passer 800 lbs, 900 lbs !

                  PHOTOS GALLERY
luyando.jpg (84904 octets) luyando2.jpg (52656 octets)  
                  INTERVIEW ( par Ben Tatar de Critical Bench, Octobre 2009 )

     BT : Rob peux-tu nous donner quelques renseignements sur toi ?
     RL : J'ai 38 ans, je suis marié, j'ai 3 enfants et je réside en Illinois. Je joue avec des poids depuis le lycée.
     BT : Rob, qu'elle est ta taille et ton poids ? Quel est le plus que tu as soulevé au développé couché dans différentes catégories, dans quelles fédérations as-tu concouru ? 
     RL : Je mesure 1,70 m à 1,72 dans les bons jours. Mon poids habituel est 122 kg, mais cela peut fluctuer en fonction de mes objectifs. Mes maxis en compétition sont 377,5 kg en - 100 kg, 410 kg en - 110 kg, 430 kg en - 125 kg et 415 kg en - 140 kg. J'ai concouru dans plusieurs fédérations durant ces années. Je m'oriente maintenant plus l'UPA et l'APF et en fonction des prix. Mais je choisi habituellement plus mes compétitions en fonction de l'organisateur que de la fédération.
     BT : Tu as dominé dans toutes les catégories où tu as concouru. Donnes-nous ton plan d'entraînement ! 
     RL : Le lundi je fais les jambes. Le mardi des fins de mouvements, du couché rapide et des exercices d'assistances pour les triceps. Le Mercredi je fais du soulevé de terre et des exercices d'assistances pour le dos. Le Jeudi je fais les épaules et les trapèzes. LE vendredi je fais les biceps, les avants bras et du travail pour les poignets. Le samedi c'est le couché lourd et les exercices d'assistances pour les pectoraux. Le dimanche c'est repos complet en famille. J'essaye aussi de faire 30 minutes de cardio trois fois par semaine.
     BT : Quelles sont les 10 choses les plus importantes pour bâtir un gros couché ?
     RL :  1 : une puissance mentale
           2 : un environnement de travail
           3 : des partenaires d'entraînement loyaux
           4 : l'attachement
           5 : vivre dans une combinaison
           6 : travailler lourd sans maillot les fins de mouvements
           7 : faire du travail rapide
           8 : une bonne nutrition et dormir
           9 : un bon coach
          10 : trouver le meilleur équipement en fonction de votre physique
     BT : Rob, est-ce que tu fais du developpé debout quand tu essayes de construire un gros couché ? 
     RL : Je fais du développé debout avec barre en 5 séries de 5 reps quand le devant de mes épaules demandent plus de travail. J'utilise des haltères quand je pense que j'ai besoin de travailler mes stabilisateurs.
     BT : Est-ce que tu travailles lourd pour tes exercices d'assistances ?
     RL : J'essaye de travailler le plus lourd possible avec tous mes exercices d'assistances.
     BT : Quels sont tes exercices d'assistances préférés pour le développé couché ?
     RL : J'aime faire des fins de mouvement avec 4 ou 5 planches très lourd ou avec des bandes élastisques de grande résistance. en séries de 3 reps.
     BT : Qu'est ce que cela t'a fais de gagner deux fois l'Arnold Classic ?
     RL : J'ai gagné l'Arnold Classic en 2006 et 2007 et cela a été à chaque fois pour moi une grande expérience.
     BT : Préfères-tu participer à des compétitions normales ou à de grosses compétitions ?
     RL : Je m'alimente de la ferveur de la foule que je sois à une grande compétition ou dans une petite compétition régionale. J'ai eu mes plus belles batailles lors de compétitions régionales.
     BT : Qu'est ce que cela fait d'avoir un record du monde ? Est-ce que tu as pensé que tu pouvais le faire ? Comment l'as-tu fêté ?
     RL : J'ai gagné le Mendy Classic, plusieurs Bench Bash for Cash régionaux, le WPO Bench Bash for Cash, la compétition pro WPO Ukraine. Mon premier record du monde a été cool et chaque record après a été quelque chose auquel je m'étais préparé. Chaque fois que je bat un record du monde toutes fédérations, je le célèbre avec mes bons amis après la compétition.
     BT : Quels sont tes moments préférés dans le powerlifing et quel est celui que tu détestes ?
     RL : Mes moments préférés c'est de rencontrer les gens dans et en dehors du sport. Les moments que je n'aime c'est toute la jalousie qu'il peut y avoir et tous les forums internet qui traitent les gens.
     BT : Penses-tu qu'internet soit une bonne ou une mauvaise chose pour le powerlifting ?
     RL : C'est une grande chose pour se former, pour savoir, pour promouvoir notre sport, mais beaucoup de forums le réduise à des détritus.
     BT : Avant de passer 430 kg qu'est ce que tu avais dans la tête ?
     RL : 457,5 kg ( 1000 lbs ). La compétition ou j'ai passer 430 kg je suis passé par l'enfer les 3 dernières semaines avant la compétition ce qui a ruiné mon entraînement et ma diététique pour cette compétition. 430 kg était ma barre de départ. Je m'étais préparé pour quelque chose d'énorme pour cette compétition, mais des fois la vie ne se passe pas comme on voudrait.
     BT : Ta barre impressionnante de 430 kg était pour toi une contre performance parce que tu avais prévu de faire 457,5 kg à cette compétition ?
     RL : Oui, je voulais passer les 1000 lbs. Mais mon travail m'a beaucoup prit et j'avais de la chance de pouvoir faire un entraînement par semaine de 3 heures avant d'aller me coucher. Cela n'a pas été évident pour mon corps mais ma tête était à la bonne place. Pour mes objectifs, 457,5 kg me ferais très plaisir et pourquoi pas sur une compétition de 3 mouvements. 
     BT : Est-ce que les gens habituellement sont gentils avec toi ? As-tu fais l'expérience de la jalousie ?
     RL : Pas vraiment, parce que toutes les personnes avec qui je suis associé dans le sport sont des personnes cools.
     BT : Qu'est ce que tu dirais à des personnes jalouses de toi ?
     RL : Si quelqu'un est jaloux de mes performances, je veux simplement lui suggérer de travailler plus intensivement.
     BT : Quand tu as battu des records au couché tu n'as pas été choqué ?
     RL : Choqué ? Non, je savais que j'étais capable de le faire. Je me suis senti vraiment meilleur qu'en atteignant mes buts et en étant au top du jeu.
     BT : Qu'est ce que pense ta famille de ton succès au powerlifting et le fait que tu es le meilleur au monde ?
     RL : Ma femme et mes enfants ont beaucoup sacrifié pour mon succès. Cependant, ils m'ont toujours encouragés et compris. C'est le loisir de papa sous le regard de mes enfants. certains vont à la pêche, moi j'ai choisi le couché.
     BT : Est-ce que tu voudrais que tes enfants battent tes records ?
     RL : J'ai deux filles et le powerlifting n'est pas leur 10 choses à faire. Mon garçon à 4 ans. Je mentirais si je n'avais pas l'espoir qu'un jour il batte mes vieux records, mais quoi qu'il choisisse dans la vie je le respecterais et je le soutiendrais.
     BT : Je suis sûr qu'on t'a déjà posé la question : Combien tu pousses au couché ? Est-ce que tu as répondu : 430 kg en compétition et avec de la réserve ( rires ) ? 
     RL : A chaque athlète qui me pose cette question, je répond simplement : pas assez ! Durant toutes ses années je me suis entraîné avec beaucoup d'athlètes, j'ai rencontré beaucoup d'athlètes et d'entraîneurs qui avaient des connaissances. Je préfère être entouré par les meilleurs, mais ce n'est pas toujours le cas.
     BT : Qu'est ce qui fait un bon partenaire d'entraînement ?
     RL : L'attachement, la loyauté et partager le même désir d'être le meilleur. Bill Carpenter et Jeremy Frey ont été deux de mes meilleurs partenaires d'entraînement de ces dernières années. Une nature de compétition est aussi important, je pense. Qui s'entraînerait pour être le 2° ?
     BT : Rob, nous te voyons battre des records, tu es toujours très puissant ?
     RL : J'ai toujours travaillé très lourd. Je n'ai jamais voulu être puissant, juste un travail dur. Je me fixe des objectifs et j'essaye de me surpasser pour y arriver. Je fais cela comme un gosse.
     BT : Tu es le meilleur, tu ne le dis jamais, tu dis seulement que tu travailles dur? C'est une perspective de bonne santé que l'humilité, cela te rend meilleur que si tu te voyais comme le meilleur. Dis nous quelque chose de toi que le monde du powerlifitng ne connais pas ?
     RL : Je suis vraiment un gars sympa. Lol ! Je ne pense pas avoir de secrets.
     BT : Tu as entendu de nombreuses choses durant ces années. Quel est le meilleur et le plus mauvais conseil que l'on t'as fait ?
     RL : Il n'y pas de mauvais ou de bon conseil, cela dépend comment tu l'interprètes. Kennelly m'a donné quelques bons conseils pour pousser des poids très lourd. Jeff McVicar m'a donné de bons conseils sur la nutrition et sur la perte de poids. C'est tout bénéfice, mais j'ai détesté Jeff durant mon régime de perte de poids. Lol !
     BT : Comment vois tu le futur du powerlifting ? Va-t-il devenir une discipline principale ?
     RL : J'adorerais voir le powerlifting devenir un sport majeur, mais je ne pense pas qu'on verra cela. Il y a trop de querelles, de fédérations. Et ces phénomènes continueront à se développer.
     BT : Aujourd'hui Rob tu es un grand powerlifteur, mais te souviens tu des jours où 100 kg au couché était très dur ?
     RL : J'étais un étudiant de 1° année et je voulais intégrer l'équipe senior de football. Le coach de football a chargé 100 kg sur la barre et est resté un moment à côté pendant que j'essayé de passer la barre.
     BT : Est-ce que cette expérience t'a motivé à faire plus ou cela t'a fait peur de réessayer les 100 kg ?
     RL : Cela ne m'a pas effrayé. J'ai passé 100 kg un mois plus tard.
     BT : Quand as-tu découvert le powerlifting ?
     RL : J'ai fais ma première APF compétition en 2003. Bill Carpenter était l'organisateur et le record du monde toutes fédérations des 110 kg de l'époque. les Big Iron Gym étaient dans la compétition et j'étais dans la crainte.
     BT : Quel est ton plus dur, marrant et exaltant moment que tu as vécu en compétition ?
     RL : C'est difficile à dire. J'ai fais beaucoup de régimes diététiques bizarres pour être au poids. Le moment le plus fou est la première fois où j'ai passé 320 kg j'ai littéralement craqué mon pantalon. Le moment le plus fun c'est lors de la compétition en Ukraine où nous avons été traité comme des rock stars, tout le monde nous demandaient des photos et des autographes. La majorité des personnes ne savaient pas qui on était mais qu'on étaient des personnes importantes. Le moment qui m'a marqué a été le premier test en compétition et la première compétition à plus de 320 kg. J'étais dans un duel contre mon ami Brad Hein, il venait juste de terminer 2° à l'Arnold Classic et je rêvais d'accéder à ce niveau professionnel. Nous nous sommes retrouvés face à face dans cette compétition du Big Iron. J'ia fais grincer les records.
     BT : Y a t-il quelque chose que des amis compétiteurs t'ont dit et qui ont changé ta compétition ?
     RL : Probablement la chose la plus récente qui me revient est ma dernière grosse compétition où j'ai passé 430 kg. J'avais raté mon 1° et 2° essai et un de mes meilleurs amis, Paul Key, est venu vers moi et m'a parlé me disant que je devais reprendre mes esprits et que je devais donner tout sur la dernière barre. Je ne me souviens pas des mots exacts, mais je me souviens avoir eu froid et sur le plateau être en feu.
     BT : Cela a marché ?
     RL : Je suis reparti avec 430 kg sur le livre des records, alors je dis que cela a marché.
     BT : Quel a été ton moment préféré ?
     RL : C'est ma seconde victoire à l'Arnold Classic. J'ai fais 377,5 kg en - 100 kg à cette compétition et j'ai réussi mes trois essais et avant de monter sur le plateau, Kennelly m'a dit que c'était le temps du Rob et Ryan Show. Je suis en admiration devant ce qu'il a accomplit, et il a été très cool avec moi.
     BT : Quel est le record qui a été le plus dur à faire et celui dont tu es le plus fier ?
     RL : Je suis fier de tous car à chaque fois il y avais du challenge. Le plus dur a été celui des 100 kg car cela m'a réclamé une grande discipline et une diététique sévère.
     BT : Quel est ton objectif maintenant ?
     RL : Je veux devenir le 1° 125 kg à passer les 1000 lbs. Après cela je verrais comment je le sens.
     BT : Quel est pour toi celui qui a marqué le plus le powerlifting
     RL : Brad Heck est peut-être celui là. Il a été super consistent et a fait des choses exceptionnelles pendant une longue période. Pour moi, il est l'un des meilleurs.
     BT : Qu'est ce que tu fais en dehors du powerlifting ?
     RL : J'essaye de passer le plus de temps possible avec Hunter, mon fils. Cet enfant c'est un voyage.
     BT : Qui voudrais-tu remercier ?
     RL : Je voudrais remercier ma femme Shellie et mes enfants. Mes partenaires d'entraînements : Jeremy Frey, Bill Carpenter, Dave Jansen, Shane Oltmans et les mentors qui m'ont inspiré : Big Iron Gym, Ryan kennelly, Jeff McVicar et Dick Zenzen. Je voudrais aussi remercier mes sponsors : MHP, Overkill Strenght Equipment et Super Training Gym et bien sûr tout ceux qui m'ont encouragés dans mon entraînement sans qui mon succès n'aurait pas été possible.

                  ENTRAINEMENT
       Comment aller au delà la rupture ...

Je fais maintenant de la compétition depuis 18 ans. Durant cette période, j'ai fais quelques pauses, mais j'ai toujours trouvé en moi-même la force de revenir dans le sport. Après chaque arrêt, j'ai constaté qu'habituellement j'étais capable de revenir et de m'entrainer encore plus dur que précédemment. Des records personnels est ce que je recherche à chaque fois. Poursuivre les nombres est une chose, mais c'est comment vous faites ces chiffres qui fait la différence. Je dépiste mon entraînement et maintiens mon record personnel que ce soit avec des exercices d'assistance ou avec un record personnel en compétition actuel

J'essaye de garder mon entraînement "frais", ainsi je change souvent des choses ( exercices ), ainsi cela signifie que je vais pouvoir de nouveaux records personnels et me maintenir. Comme une règle, j'essaye d'ajouter 2,5 kg à tout mes records personnels sur chaque exercice d'assistance. Je travaille habituellement sur un cycle d'entraînement de 12 semaines, donc mon objectif d'entraînement est d'ajouter 30 kg à tous mes exercices d'assistance.

Cela peut sembler comme un grand saut, mais cela est faisable si vous voulez vous donner des objectifs à atteindre. L'échec ne se repose pas bien avec moi, ainsi j'essaye toujours de fixer des objectifs réalistes.

A mes trois dernières compétitions j'ai bullé alors que je revenais d'une longue période d'arrêt. Ma force est plus forte sur tous mes mouvements que jamais. Mais j'ai trop concentré mes objectifs sur la force et pas assez sur la technique. J'ai aussi changé mon environnement et je me suis entraîné avec de nouveaux partenaires. Ainsi comment vais-je améliorer ma technique tout en étant sûr de développer ma force ?

Premièrement, je me suis fixé un plan sensible de nutrition pour maintenir mon poids de corps stable et éviter de faire des sauts autour. Quelques petits kilos peuvent faire une grande différence sur la manière de mettre le maillot et de l'utiliser quand on travaille lourd.

Deuxièmement, je fais maintenant un retour en arrière sur les jours d'entraînement avec les exercices d'assistance et je suis plus consistent, je reviens aux bases.

Troisièmement, je continue de changer mes phases d'entraînement pour continuer à développer mon corps.

Quatrièmement, je me concentre sur moi-même et sur ma technique avec la combinaison. Mes partenaires d'entraînement doivent se débrouiller. Je sais cela peut sembler égoïste, mais je sais qu'il ne faut pas se disperser dans le temps et faire son travail.

Je filme aussi beaucoup de mes sessions d'entraînement et je peux ainsi critiquer la forme. Plusieurs de mes amis m'aident dans mon entraînement, via internet, en me disant quels sont les moints à améliorer. J'essaye aussi de faire plus de travail en volume sans équipement.

Plusieurs choses commencent à aller dans la bonne direction, je suis pressé de revenir en compétition avec l'objectif de me venger et de fermer le clapet à beaucoup de personnes qui doutent que je puisse revenir et battre mes records. Je serais de retour au top de mon jeu et je serais désolé pour ceux qui ne seront pas d'accord avec ma manière. Fermez-la et entraînez vous !

Développé Couché prise serrée ( une main de moins de la prise compétition )
Barre à vide x 12 x 2
     62,5 kg x 10 x 2
    102,5 kg x  5 ( 4 planches )
    142,5 kg x  5 ( 4 planches )
    185   kg x  5 ( 4 planches )
    207,5 kg x  3 ( 4 planches )
    230   kg x  3 ( 4 planches )
    250   kg x  3 ( 4 planches )
    265   kg x  3 ( 4 planches )
    277,5 kg x  3 ( 5 planches )

Développé Couché rapide ( avec bandes double mini et 2 planches )
    185   kg x  5 x 5
Key press
     55   kg x 10 x 4
Pushdown
     91   kg x 12
    102,5 kg x 12
    114   kg x 12
    125   kg x 12
    136   kg x 12

Développé Décliné prise serrée ( avec le sling shot )
    185   kg x 10
    207,5 kg x 10
    237,5 kg x 10
Entraînement avec maillot
Barre à vide x 12 x 2 ( Raw )
     62,5 kg x 10
    102,5 kg x  8
    142,5 kg x  5
    185   kg x  2
    207,5 kg x  1
    237,5 kg x  1
    282,5 kg x  2 ( avec maillot et 3 planches )
    307,5 kg x  2 ( 3 planches )
    332,5 kg x  2 ( 2 planches )
    352,5 kg x  2 ( 2 planches )
    375   kg x  2 ( 2 planches )
    397,5 kg x  1 ( 1 planche  )
    420   kg x  1 ( 1 planche  )
    442,5 kg x  1 ( 1 planche  )
    460   kg x  1 ( 2 planches )
    467,5 kg x  1 ( 1,5 planches )
    192,5 kg x 10 ( Raw + Sling Shot + 2 planches )
    215   kg x 10
    237,5 kg x 10
    250   kg x  6
Peck Deck
     55   kg x 12
     68   kg x 12
     82   kg x 12

Retour à la page d'accueil : accueil