SERGEI FEDOSIENKO +

        Le plus grand champion de powerlifting au Monde : 21 titres mondiaux et 2 Jeux Mondiaux ! Et fait unique dans ce sport, il est invaincu depuis sa première compétition ... Il a commencé sa carrière en battant le grand Stanaszek au championnats du Monde 2003 et a commencé son règne ...

         Palmarès        Photos       Interview                                

                                   POWERLIFTING PALMARES

       VAINQUEUR DES JEUX MONDIAUX Lightweight IPF : 2013 2017

             CHAMPION DU MONDE  Open  - 52 kg IPF : 2003 2004 
             CHAMPION DU MONDE  Open  - 56 kg IPF : 2007 2009 2010
             CHAMPION DU MONDE  Open  - 59 kg IPF : 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
             CHAMPION DU MONDE  Open  - 59 kg
IPF : 2012 2014 2015 2016 2017 2018 2019 ( Raw )
             CHAMPION DU MONDE Junior - 52 kg IPF : 2002 2003
 

             CHAMPION D'EUROPE Junior - 52 kg EPF : 2002 
             CHAMPION D'EUROPE  Open  - 52 kg EPF : 2003 2004

          RECORD NATIONAL    SQUAT    - 52 kg : 270   kg
          RECORD NATIONAL    SQUAT    - 56 kg : 290   kg 
          RECORD NATIONAL    SQUAT    - 59 kg : 300   kg 
          RECORD PERSONNEL BENCHPRESS - 52 kg : 170   kg
          RECORD PERSONNEL BENCHPRESS - 56 kg : 192,5 kg 
          RECORD DU MONDE  BENCHPRESS - 59 kg : 206   kg 
          RECORD D'EUROPE   DEADLIFT  - 52 kg : 257,5 kg 
          RECORD NATIONAL   DEADLIFT  - 56 kg : 267,5 kg 
          RECORD DU MONDE    TOTAL    - 52 kg : 687,5 kg 
          RECORD DU MONDE    TOTAL    - 56 kg : 742,5 kg 
          RECORD DU MONDE    TOTAL    - 59 kg : 765   kg 

                                   PHOTOS GALLERY

     


                                   INTERVIEW ( par Regina Krutous en Janvier 2018 )

RK : Bonjour ! Je suis Regina Krutous dans "Conversation du soir sur la vie des merveilleux habitants de Novossibirsk". Chaque mardi, des gens viennent dans notre studio qui, par leurs actes et leurs réalisations, ont apporté la contribution la plus notable au développement de notre ville et l'ont rendue meilleure, plus célèbre et plus aimable. Aujourd'hui, notre invité est la personne la plus puissante de la planète, le célèbre powerlifter Sergey Fedosienko.
Sergey Fedosienko est né en 1982 dans la région de Novossibirsk. Powerlifteur russe, 12 fois champion du monde, maître honoraire des sports de Russie. IL est engagé dans le powerlifting depuis près de 20 ans. Combine avec succès les performances sportives avec le coaching. Il dirige l'équipe de powerlifting de la région de Novossibirsk. Il est un athlète-instructeur du Centre de Novosibirsk pour l'excellence sportive supérieure. Marié, a un enfant.
RK : Sergey Alekseevich, il y a un mois, vous êtes devenu champion du monde de powerlifting ( équipé ) pour la 12° fois. Dans l'une de vos interviews, j'ai lu que vous n'êtes pas très satisfait de votre résultat. Pourquoi ?
SF : C'est une évaluation de mon résultats en tant qu'athlète. Ce n’est pas que je ne sois pas satisfait d’être devenu champion du monde pour la 12° fois, mais je suis simplement insatisfait du résultat, qui s’est affiché en kg. J'avais prévu d'autres chiffres, mais certaines conditions dans lesquelles la compétition a eu lieu ont fait des ajustements, et il s'est avéré ce qui s'est passé. Néanmoins, j'ai gagné avec environ 40 kg de plus que le concurrent le plus proche, ce qui, bien sûr, n'est pas de 100 kg, comme auparavant. Mais, néanmoins, je n'ai pas ressenti la pression.
RK : Il s'avère que vous vous battez avec vous-même ? Maintenant, il n'y a pas de rivaux sérieux ?
SF : Tout d'abord, bien que nous soyons pas dans les arts martiaux, notre principal rival est toujours la barre. Nous nous battons avec elle, avec du poids. Les adversaires sont également aux prises avec les poids. À la suite de cette lutte, quelque chose se passe. Il y a certainement des rivaux sérieux, mais parmi ceux qui concourent maintenant avec moi au championnat du monde, je ne vois qu'une seule personne qui pourrait rivaliser avec moi à l'avenir. C'est celui qui a remporté la médaille d'argent au championnat du monde. Les autres, je pense, ne peuvent pas. Ou quelqu'un d'autre apparaîtra.
RK : En quoi le powerlifting est-il différent de l'haltérophilie et de la musculation ?
SF : La musculation est différente pour tout le monde. Il est même difficile de comparer ces deux sports. Ils sont complètement différents. Et l'haltérophilie est le sport le plus proche de nous, car nous avons pratiquement le même outil - une barre, une barre avec des disques. Mais des exercices complètement différents. Pour les haltérophiles, c'est un épaulé jeté et un arraché, nous avons des squats avec une barre, un développé couché avec une barre en position couchée et un soulevé de terre. Et le principe est exactement le même : ils ont trois essais pour chaque exercice, et nous avons trois essais. Ils ont la somme des mouvements, nous avons la somme des mouvements.
RK : Vous êtes détenteur de plus de 170 records, vous avez un nombre incroyable de victoires. De quoi êtes-vous le plus fier ?
SF : Ce sont des informations qui ne sont pas importantes. Déjà plus de 200 records, mais cela n'a pas vraiment d'importance. La seule chose - qui me dérange quand ils disent, multiple champion du monde. Après tout, il a gagné trois fois - c'est également multiple. 12 est également multiple, mais entre eux, il y a neuf championnats du monde. Ici, je corrige toujours, et en termes de records - ce n'est pas un problème, 170 ou 200.
Je suis fier, probablement, du premier championnat du monde Open. C'était en 2003, en Bulgarie. J'étais alors encore en junior. Personne ne me connaissait encore. Littéralement un de mes voyages à des compétitions internationales où j'ai montré un assez petit résultat. Gagné, néanmoins. Ensuite, la catégorie de poids était - 52 kg, et maintenant - 59 kg est la plus petite. Dans la catégorie de poids, il n'y avait que deux personnes : moi et le septuple champion du monde. Et dans une lutte acharnée, j'ai réussi à gagner avec 2,5 kg de plus que lui. C'est le plus petit avantage avec lequel j'ai jamais remporté des compétitions. Et c'était au début de ma carrière. Je m'en souviendraid toute ma vie.
RK : Où avez-vous obtenu tant de force et de détermination ? S'agit-il du produit de caractères spéciaux ou de telles qualités peuvent-elles être développées ?
SF : Je ne les ai pas spécifiquement produits, donc je ne sais pas. La détermination, aussi, et je ne peux pas dire que depuis mon enfance, je suis allé vers cet objectif, tout est en quelque sorte graduel. Je me suis fixé de petits objectifs, atteint, puis j'ai pensé, pourquoi ne devrais-je pas viser encore plus. Je n'ai jamais rêvé de devenir champion olympique. Quand je suis venu au gymnase et que j'ai vu les gars squaté à 200 kg, j'ai pensé que dans ma vie, je ne m'arriverais pas à squater à 100 kg. Certaines barrières s'effondrent progressivement dans la tête.
RK : Vous êtes appelée la personne la plus puissante de la terre. Et à qui devez-vous ce pouvoir ? Pensez-vous que le pouvoir est inné ou acquis ?
SF : Quant aux plus forts, ce n'est que dans certains sports. En powerlifting, selon certains critères, je suis le plus fort, mais pour m'appeler, en principe, la personne la plus forte est en quelque sorte un philistin. Inné, bien sûr, grâce à ses parents, car la génétique, notamment dans notre sport, joue un grand rôle. Peu importe à quel point je suis déterminé, je n'aurais certainement rien à voir avec le football et le basket-ball. De nombreux facteurs, le succès est formé - c'est à la fois la génétique et une approche spécifique à la formation. La tête devrait fonctionner, même si nous travaillons avec les muscles, tout cela défile dans la tête. Si vous ne voulez rien faire, alors vous ne ferez vraiment rien.
RK : Et comment en êtes-vous arrivée à pratiquer le powerlifting ?
SF : Je ne sais pas, comme pour les autres, tout était complètement aléatoire pour moi. C'est-à-dire que je viens du village ouvrier de Krasnoozersky, à 300 km de Novossibirsk. Un matin d'hiver, j'ai patiné et je suis allé sous les gradins où il y avait à ce moment-là une salle de sport. Je me suis assit,je me suis réchauffé et j'ai regardé les gars s'entraîner, soulever des poids. Je l'ai tellement aimé et j'ai décidé de l'essayer aussi. À cette époque, j'avais déjà 13 ans - l'âge le plus optimal pour rejoindre ce sport. Je n'avais alors rien entendu de ce sport. Il est maintenant possible de tout lire partout, mais à ce moment-là, si vous voyez des extraits d'un magazine quelque part, c'était déjà une joie. Selon ce mode, je me suis entraîné pendant cinq ans, puis je suis entré au NSAU, où j'ai continué à pratiquer ce sport plus professionnellement sous la direction d'un entraîneur, et littéralement un an plus tard, je suis entré dans l'équipe nationale. Les progrès ont été assez rapides.
RK : Quand avez-vous goûté à la victoire pour la première fois ?
SF : J'ai immédiatement ressenti le goût de la victoire, même dans mon village ouvrier. Il y avait des compétitions une fois par an. Bien sûr, les règles y sont différentes, mais, néanmoins, je ne savais rien d'autre. Chaque année, je me préparais pour la compétition, et je n'ai jamais pris la deuxième place, peu importe où la compétition avait lieu. Je n'ai pas ressenti le goût de la défaite, j'aimerais bien sûr ne pas la ressentir avant la fin de ma carrière.
RK : Parlons de la composante psychologique de vos victoires. Monter sur le plateau sans confiance en soi est inutile. Alors ? Quoi d'autre, psychologiquement, vous aide à gagner ? Et comment vous préparez-vous pour la victoire ?
SF : Honnêtement, vous ne venez pas toujours sur la plate-forme avec confiance, car lorsque la préparation a lieu, il y a beaucoup de moments différents - perturbations et blessures. La confiance n'est jamais ferme, mais personnellement, je me calme quand je fais mon premier essai du squat. Ça devient déjà facile pour moi, je ne sais pas pourquoi, mais tout a commencé, tout a commencé. Bon ou mauvais - peu importe, j'ai déjà une sorte de calme. Le plus difficile est d'amener votre routine, que vous avez préparé lors de la préparation, sur le plateau et de montrer le mieux possible. La chose la plus importante est le travail. Si vous ne faites rien, alors un miracle ne se produira pas.
RK : Derrière les brillants résultats de chaque athlète se trouve non seulement son travail, mais aussi celui de son entraîneur. Avec qui avez-vous commencé votre parcours ? Qui travaille avec vous maintenant ?
SF : Comme je l'ai dit, pendant quatre ou cinq ans dans le village de travail de Krasnozoozerskoye, mon premier entraîneur, Isionov Vladimir Nikolaevich, qui travaille toujours comme formateur et enseignant, m'a beaucoup aidé. À mon arrivée à Novossibirsk, jusqu'en 2005, Igor Yuryevich Belyaev était en charge de moi, il est un entraîneur honoré de la Russie. Après 2005, je n'ai pas eu l'opportunité de combiner ma carrière sportive en tant qu'athlète et en tant qu'entraîneur, alors je me suis lancé dans l'entraînement libre. Depuis 2005, je m'entraîne dans mon propre complexe sportif et forme mes athlètes du niveau des débutants qui n'ont jamais touché une barre entre leurs mains aux maîtres des sports de classe internationale, dont j'en ai déjà plusieurs, et une quarantaine de maîtres ont déjà été formés pendant cette période. Parmi eux, le vainqueur du championnat du monde. À un championnat, je suis monté avec lui sur la plus haute marche du podium, seulement je suis dans la catégorie de poids - 59 kg, et il est à 82,5 kg. De plus, il y a une fille - quatre fois vainqueur des championnats du monde. Notre équipe est assez sérieuse.
RK : En parlant d'objectifs sportifs : que voulez-vous réaliser dans un avenir proche et à long terme ?
SF : Parfois, ils me demandent : y a-t-il beaucoup plus ? Tout d'abord, j'aime ça. Beaucoup ne veulent pas aller travailler, mais c'est nécessaire, mais je - je veux, je ne peux pas vivre sans. En termes de chiffres, si j'améliore mes résultats de 5 à 10 kg au total, je serai très heureux. Sinon, je veux rester à ce niveau aussi longtemps que possible. Deuxièmement, on rêve de remporter 20 championnats du monde. Bien sûr, je l'ai compris, à 44 ans, je dois gagner le dernier. Cependant, cela, en général, est réel, ce n'est pas comme une sorte de fiction. Pour moi, au moins, je fixe de tels chiffres.
RK : En règle générale, les personnes qui ont obtenu des résultats élevés, peu importe où : dans les sports, les activités sociales, les affaires, ont de bonnes équipes de soutien personnel. En avez-vous une ?
SF : Il n'y a pas de support spécial, une sorte d'équipe avec qui nous allons là-bas dans des T-shirts identiques. Mais je ressens toujours du soutien, car j'ai environ 60 athlètes engagés dans ma salle de sport, à savoir des athlètes, et pas ceux qui viennent juste pour gonfler les muscles. Je ressens toujours le soutien de ces personnes, et pas seulement d’elles, tant lors de la préparation que lors de la compétition. Je pense que beaucoup de gens me soutiennent, qui ne viennent pas s'entraîner avec moi, car depuis longtemps je pratique ce sport. Je suis connu par beaucoup de gens qui jouent dans ce sport.
RK : Parlez-nous de votre famille ? Qui en fait partie ?
SF : Les parents sont simples. Maman travaillait dans une usine de confection, elle et mon frère m'ont élevé parce qu'elle s'est séparé de mon père quand j'avais 10 ou 11 ans. Par conséquent, tout le temps conscient, je ne me souviens que de ma mère. Maintenant, malheureusement, elle n'est plus là. Mon frère et moi étions ensemble, mon frère est aussi un maître des sports en  powerlifting. Je peux dire, il m'a élevé. Un de mes premiers maîtres du sport, bien qu'il soit venu dans la salle devant moi. Je ne savais même pas qu'il allait là-bas, puisque j'y suis arrivé moi-même par accident. Maintenant, j'ai une femme, Marina, son fils Konstantin, il aura six ans en février. Elle ne veut pas faire de sport, elle est faible, me dit-elle, ce n'est pas nécessaire, me dit-elle. Je pense que c'est temporaire, de toute façon je vais l'attirer sûrement. Mon activité sportive, coaching laisse une certaine empreinte sur le quotidien. Je ne vois ma famille qu'après dix heures du soir et le week-end, le dimanche. Bien sûr, j'essaie d'aller à certains événements et de passer du temps, mais honnêtement, il en reste très peu. De plus, je suis souvent au camp d’entraînement.
RK : Qu'est-ce qui est le plus important pour éduquer des enfants ?
SF : Je n'y ai même jamais pensé. Je me souviens même de moi, je ne me souviens pas que quelqu'un m'ait élevé. Personne à la table ne m'a dit quoi faire comme ça ou comme ça, tout vient avec le temps. Les enfants, lorsqu'ils regardent leur père ou leur mère, devraient ressentir, adopter quelque chose, alors tout ira bien.
RK : Qu'avez-vous appris de votre fils ?
SF : Je ne sais pas, il est un peu paresseux. Si vous lui demandez quelque chose, il refuse toujours. Il m'apprend probablement qu'il faut parfois se reposer. J'ai commencé à remarquer que j'étais un maximaliste. Si j'ai 38° de température, et je dois aller à l'entraînement. Et puis je pense, pourquoi ? Allonges-toi, guéris, puis pars. Je ne sais pas si c'est un plus ou un moins, mais vous devriez probablement vous écouter.
RK : Pouvez-vous vous considérer comme chanceux et dire : oui, j'ai de vrais amis ?
SF : Oui, bien sûr, j'ai de vrais amis. Ils sont peu nombreux, réels, et il y a beaucoup d'amis entre guillemets. Il ne peut pas y avoir beaucoup de vrais amis, ce sont trois ou quatre personnes qui viendront toujours à la rescousse, et pas quand tout va bien avec vous, car un groupe d'entre eux viendra avec moi pour célébrer, et quand tout va mal ... De telles situations seraient très déplorables mais je n'en ai pas eu, où j'aurais pu vérifier l'amitié, à l'exception de petites déceptions. J'espère que ceux auxquels je pense sont de vrais amis. Ce sont des gens qui me sont proches en termes d'esprit, en termes de vie, en général, sont des sportifs. Il serait difficile pour moi d'être ami avec une personne d'une autre sphère. De quoi devrais-je parler ? La seule chose est que ce soit un vieil ami d'enfance.
RK : Quelle est la place dans l'amitié masculine ?
SF : Je pense que l'on ne connais pas la trahison, comme chez les femmes. Si une personne vous est complètement ouverte et peut faire confiance, sinon ce n'est plus de l'amitié.
RK : Avez-vous un modèle ? Qui suivez-vous ? Qui vous inspire ?
SF : Il y a un tel athlète - Konstantin Pavlov de la ville de Leninsk-Kuznetsk. Au moment où j'ai commencé ma carrière, il était déjà 8 fois champion du monde, il est finalement devenu 10 fois champion du monde. J'ai toujours pensé : « Si seulement je pouvais devenir 10 fois champion du monde, si seulement je pouvais l'égaler. » Nous avons une catégorie de poids similaire. Après avoir franchi cette ligne, je ne sais pas qui suivre, mais cela reste dans ma mémoire.
RK : Le secret de l'excellente forme physique de Sergey Fedosienko ?
SF : C'est difficile à dire, car les sportifs professionnels n'ont pas une bonne forme physique. L'éducation physique, un mode de vie sain - oui, mais, par exemple, dans notre sport, vous n'obtiendrez pas beaucoup de santé. On peut en dire autant du marathon. Quelle santé une personne obtiendra-t-elle après avoir couru 50 km ? C'est un gaspillage de la santé. Les sports professionnels ne visent pas la santé. En ce qui concerne les résultats élevés, des nuances légèrement différentes entrent déjà en jeu, ainsi qu'une nutrition appropriée, un régime sain et le sommeil. Je pense que cela suffit pour être en pleine forme. L'essentiel est qu'il y ait autre chose dans la tête. Si vous êtes fort physiquement et que votre tête est vide, c'est un déséquilibre.
RK : Avez-vous des week-ends ? Que faites-vous en ce moment ?
SF : Quand je viens au travail, je n'ai pas l'impression de travailler. À cet égard, je suis une personne heureuse, pour moi, c'est comme des vacances. Bien que vous subissiez d'énormes charges, et tout le reste, mais je ne pense pas que je sois venu travailler, parce que j'aime vraiment ça. Et quand ça arrive, je pars pour les compétitions, je concoure dans ma catégorie de poids, puis je ne m'entraîne pas pendant 5-7 jours, parce que je me repose et reste avec l'équipe nationale, je ne sais pas quoi faire dans ces derniers jours. Il me semble que tout me passe. Ils font quelque chose, mais je suis assis au ralenti. Le dimanche dure donc pour moi une semaine. J'ai déjà des plans en tête pour ce qui doit être fait.
RK : Avez-vous un passe-temps ?
SF : Je suis fan de pêche. Cela vient de l'enfance. Nous avons roulé à vélo avec un ami 20 km. Maintenant, je pense, comment pourrions-nous décider à ce sujet ? À trois heures du matin, nous sommes allés dans un autre village sur le lac. J'ai toujours ce passe-temps. Une fois par an, mon ami et moi allons pêcher dans le nord. C'est le centre du territoire de Krasnoyarsk, sur les rivières de montagne. Ce hobby me hante depuis 30 ans.
RK : Vous voyagez beaucoup à travers le monde. Quelle ville vous a le plus impressionné ?
SF : Il y a la ville du Cap, c'est la république sud-africaine dans laquelle je suis déjà allé quatre fois. C'est pratiquement le point le plus au sud du continent africain, où deux océans fusionnent en un. Ce bassin déversant est visible : eaux grises et bleues. C'était en 2004, alors j'étais là pour la première fois. Cette ville m'a étonné, j'aime beaucoup la beauté naturelle. La République tchèque ou Prague est également magnifique, mais tout est construit par l'homme.
RK : Vous n'avez jamais pensé quitter Novossibirsk ?
SF : Non, je ne le pense pas. Les pensées peuvent l'envisager, mais c'est très difficile. J'ai du mal à changer quelque chose, une ville ou un pays. Je ne suis pas prêt pour ça. J'ai trop fait pour avoir un club où les athlètes s'entraînent. Je ne suis pas prêt à rayer tout ça et à recommencer.
RK : Où aimez-vous vous détendre à Novossibirsk ?
SF : Il n'y a pas d'endroits spécifiques. Surtout en hiver, à l'exception des centres commerciaux, il n'y a nulle part où aller. Et en été, il y a la pêche, sur l'Ob. L'essentiel est que le jour coïncide quand il n'y a pas d'entraînement, avec du beau temps. Récemment, d'une manière ou d'une autre, cela ne fonctionne pas beaucoup, cela ne coïncide pas.
RK : Imaginons que vous ne pratiquiez plus le powerlifting. Qui serait alors Sergey Fedosienko ?
SF : Je me suis déjà décidé depuis longtemps : quand j'aurai terminé ma carrière sportive, je me consacrerai pleinement au coaching. Il sera tout de même connecté à ce sport. Pour que cela ne soit pas une transition aussi douloureuse pour moi, je le fais en parallèle. Depuis 2005, je m'entraîne. En dehors de ce sport, je ne me vois pas.
RK : Est-ce que vous suivez d'autres sports : le football, le hockey, le patinage artistique, peut-être ? Est-ce que vous suivez un sorptif en particulier ?
SF : J'aime la gymnastique, mais ils n'en montrent pas très souvent, bien sûr. Mais parmi les sports, en particulier, je regarde le biathlon. Les coupes du monde qui passent et tout est très bien mis en valeur. J'aime vraiment ce sport, même si je ne le ferais pas moi-même. Il est très difficile de skier et il faut tirer. Depuis sept ou huit ans, je suis de près ce sport. Je sais qui a gagné quoi et où.
RK : On sait que de nombreux athlètes sont assez superstitieux. Certains portent des talismans pour la victoire ou effectuent des rituels spéciaux. Avez-vous une recette spéciale pour attirer la chance ou ne comptez-vous que sur votre propre force ?
SF : Je compte d'abord sur ma force. Je ne suis pas du tout superstitieux, je n'ai pas de rituels ni rien d'autre, mais en tant qu'entraîneur, j'ai remarqué par moi-même que nous avons de telles cartes spéciales pour les essais. Lorsqu'un athlète approche du poids, vous écrivez sur la carte s'il l'a complétée ou non, et la transmettez au secrétaire. Je prends toujours ces cartes de ma poche et je les tiens dans mes mains pendant les essais, et je pense que cela porte bonheur, je ne sais pas pourquoi. Mais j'ai déjà déterminé en dix ans ce que je dois faire exactement cela.
RK : Quelles qualités appréciez-vous le plus chez les gens ?
SF : Honnêteté, décence, gentillesse.
RK : Vous considérez-vous comme une personne accomplie ?
SF : Oui.
RK : Selon vous, qu'est-ce qui est nécessaire pour réussir ?
SF : Vis des buts, essaie de ne pas traverser la route.
RK : Vous considérez-vous comme une personne heureuse ?
SF : Oui.
RK : Qui ou quoi fait ton bonheur ?
SF : Les gens qui m'entourent. Ma famille, mes athlètes, les gens avec qui je marche depuis 20 ans.
RK : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent abandonner ?
SF : Tout d'abord, levez la main, dites-vous que tout ira bien et avancez.
RK : Que fais-tu le pire ?
SF : Parfois, il me semble que je ne peux pas transmettre certaines de mes pensées à une autre personne. Il me semble que cela ne fonctionne pas très bien pour moi. Par exemple, en coaching. Parfois, il me semble que si on m'avait expliqué de cette façon, je ne comprendrais rien.  

                                               Retour à la page d'accueil : accueil