SAMYRA ZANE ABWEH

        Une jeune championne américaine des années 2010 !

                                   POWERLIFTING PALMARES

         CHAMPIONNE DU MONDE POWERLIFTING  OPEN  - 48 kg IPL : 2015 2016 ( Raw )
         CHAMPIONNE DU MONDE POWERLIFTING  TEEN  - 48 kg
IPL : 2015 2016 ( Raw )

                      RECORD PERSONNEL   SQUAT    - 48 kg : 125   kg
                      RECORD PERSONNEL BENCHPRESS - 48 kg :  97,5 kg
                      RECORD PERSONNEL BENCHPRESS - 52 kg : 100   kg
                      RECORD PERSONNEL  DEADLIFT  - 48 kg : 167,5 kg
                      RECORD PERSONNEL   TOTAL    - 48 kg : 382,5 kg

                                   PHOTOS GALLERY



                                   INTERVIEW
( par Wade Zeno en 2018 pour la revue Power )
 
         Age : 20 ans
         Taille : 1,50 m
         Poids : 52 kg
         Ville d'origine :
Albuquerque, Nouveau-Mexique
         Occupation : Employé de Feed Me Fight Me
         Gym : Rekovery Athletics
         Maxi actuels : Sq/Bp/Dl : 308 lbs / 220 lbs/ 402 lbs
         Contexte athlétique : basket-ball, danse, athlétisme, powerlifting ...
         Instagram : @minimyraa

WZ : Vous n'avez que 20 ans, mais vous avez déjà accompli pas mal de choses en tant que powerlifteuse ! Vous êtes dans le top 10 de tous les temps dans les catégories de poids des femmes de - 48 kg et - 52 kg ( équipé et sans équipement ), et vous semblez vous améliorer continuellement. Quel âge aviez-vous lorsque vous avez touché votre première barre ? Qu'est-ce qui vous a incité à pratiquer le powerlifting ?
SA : J'avais 17 ans lorsque j'ai commencé à pratiquer pour la première fois de soulever des poids. Mon entraîneur de basket-ball au lycée m'a dit à l'époque que j'étais trop petit pour continuer à jouer à l'université. J'ai donc arrêté le basket-ball et j'ai commencé à soulever des poids pour canaliser mon énergie vers autre chose. Lorsque j'ai commencé à pousser, j'allais à la salle de sport et je m'efforçais d'être plus forte que la semaine dernière. C'était donc comme une sorte de compétition avec moi-même. J'aimais me sentir forte, et pas seulement physiquement, mais aussi mentalement.

WZ : Vous avez déjà réalisé de nombreux exploits dans le domaine du powerlifting et vous avez participé à plusieurs compétitions de haut niveau. Quel a été votre moment de powerlifting le plus mémorable ?
SA : Je dirais definitivement l'US Open de Kern en 2018 où j'ai fais 182,5 kg au soulevé de terre. Je poursuivais cette barre ( 400 lbs ) depuis des années et j'ai finalement pu l'accomplir sur l'un des plus grands plateaux de powerlifting, c'était vraiment une sensation incroyable.
WZ : Quels sont les objectifs de levage que vous espérez obtenir dans un avenir proche ou lointain ? Qu'en est-il des objectifs non liés au levage ?
SA : En ce qui concerne la musculation, j'ai accompli beaucoup de choses que je voulais faire plus tôt que je ne l'avais prévu dans ce sport. En ce moment, je me concentre sur la construction de muscles, rééquilibrer les déséquilibres et l'exploration d'autres styles d'entraînement qui pourraient potentiellement m'être bénéfique dans ma carrière de powerlifting plus tard dans l'avenir. Toutes les relations publiques que j'ai pu obtenir durant le temps n'est qu'un bonus supplémentaire. J'ai suivi des cours de jiu jitsu no gi et c'est un sport que je souhaite pratiquer.
WZ : Je suis sûr que pour être une athlète de haut niveau, il faut faire attention à son alimentation et à sa nutrition. Quels sont vos plats préférés pour une alimentation saine ? Qu'en est-il de votre "repas tricheur" préféré ?
SA : Je mange à peu près les mêmes choses tous les jours. Je compte mes calories, mais la plupart du temps, je mange intuitivement. Mon alimentation se compose principalement de protéines maigres comme le poulet ou la dinde, de beaucoup de légumes verts, de riz, de patates douces, d'avocats et de gateaux de riz. Je n'ai pas vraiment de "repas tricheur" préféré, mais j'ai un faible pour les biscuits aux noix de macadamia et les bâtonnets de mozzarella.
WZ : Vous postez souvent des vidéos sur votre Instagram des poses sur les mains et des poses flexible. Avez-vous déjà pratiqué régulièrement le yoga ou la gymnastique ? Ou bien aimez-vous simplement faire des formes avec votre corps pendant votre temps libre ?
SA : J'ai fait de la gymnastique pendant un certain temps quand j'étais plus jeune et j'étais pom-pom girl au lycée. J'aime juste beaucoup les mouvements de yoga et de gymnastique. Je pense aussi que le fait de travailler sur la mobilité m'aide régulièrement à récupérer après avoir soulevé des poids lourds en salle de sport. Le yoga bikram est quelque chose que j'apprécie vraiment.
Avec la super flexibilité vient une grande capacité pour la technique du développé couché !
WZ : Je suis sûr que vous avez reçu de nombreux commentaires sur votre arc au couché. Que répondez-vous aux opposants qui disent que le pontage du dos est une tricherie ou qu'elle est mauvaise pour le dos ?
SA : Je pense que les gens qui essaient de dire du mal du pontage du dos sont des gens qui ne connaissent tout simplement pas ce sport, alors je ne leur prête pas beaucoup d'attention ou je leur dis de s'éduquer avant de commenter quelque chose de négatif sur le post de quelqu'un. Je reçois rarement de la "haine" de la part de mes collègues. Mais je suis ouvert aux critiques constructives si la personne a une connaissance de base du sport.
WZ : En moyenne, combien de compétitions faites-vous par an ? Combien de temps consacrez-vous à la préparation d'une compétition ? Faites vous pensez qu'il y a une limite au nombre de compétitions qu'une personne doit faire dans une année ?
SA : Personnellement, je ne participe que 2 ou 3 fois par an à des compétitions. Je passe environ 4 à 6 mois à préparer une compétition. J'aime faire un entraînement hors saison pour maintenir l'hypertrophie et c'est l'une des principales raisons pour lesquelles je ne participe que 2 ou 3 fois à des compétitions. Je ne pense pas qu'il y ait de chiffre magique sur la fréquence des compétitions. Je pense que cela dépend simplement du niveau de récupération de l'individu.
WZ : Qu'est-ce que peu de gens savent de vous ?
SA : Quand j'étais plus jeune, je suis allé voir un spectacle du Cirque Du Soleil et j'ai vu des gens se plier dans des formes très bizarres et je me suis dit que je voulais faire ça un jour. Je ne plaisante pas, je m'étirais pendant 4 à 5 heures d'affilées chaque soir pour maîtriser certaines des techniques de contorsion que j'avais vues. C'est donc assez intéressant de voir comment j'ai fini par être un adepte de powerlifting plutôt qu'une contorsionniste.

                                       Retour à la page d'accueil : accueil