MARISA INDA

        Une championne américaine des années 2010 ... 

                                 POWERLIFTING PALMARES

            CHAMPIONNE DU MONDE POWERLIFTING  OPEN  - 52 kg IPF : 2017 ( Raw )
       VICE-CHAMPIONNE DU MONDE POWERLIFTING  OPEN  - 52 kg IPF : 2018 2019 ( Raw )
        5° CHAMPIONNAT DU MONDE POWERLIFTING  OPEN  - 52 kg IPF : 2014 2016 ( Raw )

                          Record personnel   SQUAT    - 52 kg : 150   kg
                          Record personnel BENCHPRESS - 52 kg : 100   kg
                          Record personnel  DEADLIFT  - 52 kg : 190   kg
                          Record personnel   TOTAL    - 52 kg : 430   kg

                                    PHOTOS GALLERY





                                    INTERVIEW ( pour la revue Power par Chad Wesley Smith )

Q : Parlez-moi de vos antécédents sportifs avant de vous lancer dans le powerlifting ? Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans la compétition de powerlifting ?
R : J'ai été gymnaste pendant plus de 10 ans et lorsque j'ai réalisé que je n'étais pas assez bonne pour passer au niveau supérieur, j'ai eu besoin d'un exutoire. J'ai essayé la piste, j'ai détesté, mais j'ai quand même réussi à écrire d'une manière ou d'une autre. J'ai même fait de la danse jazz à un moment donné, ce que je détestais aussi, mais je me souviens encore de toutes les routines. Heureusement, j'ai trouvé le chemin de la salle de gym à 17 ans et j'en suis tombée amoureuse. J'ai participé à des compétitions de culturisme et j'ai fait mon premier spectacle à 17 ans. J'ai gagné beaucoup de spectacles locaux, ainsi que les championnats nationaux des adolescents et j'ai même été placé comme une athlète naturelle dans les grands spectacles comme les Jr. USA's. J'ai un peu l'impression que c'était l'apogée de l'ère du bodybuilding avec des gens comme Flex Wheeler, Kevin Levrone et Shawn Ray à la barre. Pour les femmes, Sharon Bruneau était ma préférée de tous les temps parce qu'elle avait du muscle, de la féminité et juste un ensemble qui m'a vraiment séduit. Cependant, j'ai appris très tôt sur le fait que je n'irais pas plus loin en étant propre et les femmes devenaient de plus en plus grandes, cela se dirigeait dans une direction que je ne voulais pas prendre. I J'ai continué à me former, en me concentrant sur l'école et ma famille, mais a vraiment manqué la compétition et c'est alors que J'ai vu un formulaire d'inscription pour une rencontre de powerlifting et je me suis dit : "Pourquoi pas ? J'ai toujours été forte", et j'ai décidé de participer. Je suis vraiment reconnaissante de l'avoir fait parce que j'ai a rencontré une tonne de gens formidables et le powerlifting est beaucoup moins subjective que le bodybuilding.
Q : Tant de gens vous connaissent en tant que la "danseuse de pullup girl d'Ellen". Comment c'était d'être vu sur une grande télé et comment votre gymnastique suédoise vous a aidé à vous soulever ?
R : Haha, oui...si j'avais su que les pull-ups allaient être ma revendication de gloire, je l'aurais fait beaucoup plus tôt. C'était une sorte de tourbillon, pour être honnête, de télécharger une vidéo un jeudi à la faire virale le vendredi, puis de recevoir un appel des producteurs de l'émission la semaine suivante. Je n'ai pas eu le temps de vraiment digérer ce qui se passait. En fait, je pensais que l'appel était une blague et je n'arrêtais pas de demander à la pauvre fille si elle était réelle. C'était vraiment cool d'être invité à l'émission, mais je dois rire des gens quand ils me demandent combien d'argent j'ai gagné grâce à elle, comme si je devenais soudainement riche et un entraîneur de célébrités pour les stars. Désolé tout le monde, je suis toujours moi et les seules stars que j'entraîne sont tous mes clients extraordinaires qui se présentent tous les jours. C'était une expérience géniale et une histoire cool que mes enfants peuvent raconter à leurs enfants parce que je ne pense pas que je serais jamais invité à un talk-show pour mes talents d'acteur. J'adore la gymnastique et, à côté de la gymnastique, cela m'a beaucoup aidé à soulever des objets. Non seulement il faut une tonne de force pour retirer les prises de la planche, mais cela enseigne aussi la conscience du corps. Souvent, la bonne technique est négligée lorsqu'il s'agit d'une levée à effort maximum, mais j'ai découvert qu'en étant plus conscient de ce que fait mon corps, je peux me mettre en position plus serrée au début d'une levée. J'espère pouvoir maintenir cette tension tout au long de l'exercice, ce qui signifie qu'il aura l'air beaucoup moins facile et, je l'espère, que je le ressentirai également.
Q : Vous maintenez [constamment] un physique presque prêt pour la scène. Suivez-vous un régime alimentaire spécifique ?
R : J'avais l'habitude de suivre un régime de type culturiste lorsque je faisais de la compétition, ce qui signifiait que je prenais six repas par jour et que je pesais tout, mais maintenant je surveille mes portions et je mange ce que je veux. L'un des grands avantages d'un entraînement régulier et de l'âge est qu'il est beaucoup plus facile de rester mince sans faire tant d'efforts. Je suppose que tout n'est pas gâché dans la jeunesse.
Q : Quel est votre mouvement préféré et quel est votre conseil pour l'améliorer ?

R : Le développé couché est mon mouvement préféré, surtout parce que la plupart des femmes détestent tout ce qui a trait au haut du corps, donc c'est vraiment gratifiant d'avoir un bon couché. Mon conseil numéro un est de rester contractée une fois que vous êtes prête. Cela signifie que vous ne devez pas bouger vos pieds ou vous agiter une fois que vous avez desserré la barre - plus vous serez serré, plus vous aurez le contrôle de la barre.
Q : Les médias sociaux apportent à la fois du positif et du négatif au powerlifting. Comment gérez-vous la négativité qui vous est présentée ?
R : C'est vraiment dommage que les gens se cachent derrière l'anonymat de l'internet, mais ce n'est pas nouveau pour les femmes qui font du powerlifting ou qui ont des muscles. J'ai appris à laisser tomber les commentaires [dans mon dos] et je ne les intériorise pas parce que j'aime soulever des objets, j'aime être forte et je le fais pour moi. Aussi difficile que cela puisse être, j'ai aussi appris à ne pas répondre aux commentaires parce que le type de personnes qui les font se nourrit de ces commentaires et ils aiment vous faire monter. Bien que, parfois, un bon "f*ck off a**hole" fait que l'âme se sent bien à nouveau.
Q : Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui veulent se lancer dans la compétition ?
R : Si c'est quelque chose que vous voulez faire, allez-y, faites-le. Ne vous sentez pas obligée d'expliquer votre raisonnement à qui que ce soit. On n'est jamais trop vieux, trop faible, trop novice, trop n'importe quoi pour concourir. En outre, on ne sait jamais à quel point on pourrait être bon dans quelque chose ou quelle direction prendra sa vie si on n'essaie jamais.
Q : Quels conseils avez-vous pour équilibrer la maternité et l'entraînement dur/compétitif ?
R : Mes enfants ont été mes plus grands fans. Ils ont grandi dans et autour de la salle de sport, donc ils adorent ça et voient qu'être en forme ne prend pas 5 heures par jour comme certains le pensent. Au début, c'était un ajustement, mais on trouve un moyen de le programmer et de le faire. Au contraire, vous devenez meilleur dans la gestion du temps parce que vous n'avez pas le choix - les enfants ont des devoirs, ils doivent manger et avoir leurs propres activités, mais ce n'est pas impossible. Avoir des enfants ne signifie pas que vos objectifs compétitifs cessent d'exister.
Q : Qu'est-ce que vous préférez chez votre entraîneur ?
( Note de la rédaction, Marisa est entraînée par l'interviewer de cette histoire et le modèle de couverture de ce mois-ci ... )
R : Le moi professionnel dirait son incroyable capacité à écrire de superbes programmes, mais de qui je me moque - ce sont ses cuisses et ses yeux. 

                                          Retour à la page d'accueil : accueil