MARISA GOLOB

        Une championne slovenne des années 2000 !

         Palmarès        Photos       Interview                                

                                   POWERLIFTING PALMARES

              CHAMPIONNE DU MONDE  OPEN  - 56   kg WPA  : 2018 ( Raw )
              CHAMPIONNE DU MONDE  OPEN  - 56   kg WUAP : 2014 2016 2018 ( Raw )
              CHAMPIONNE DU MONDE  OPEN  - 52   kg WUAP : 2017 ( Raw )
              CHAMPIONNE DU MONDE  OPEN  - 56   kg GPA  : 2015 2016 ( Raw )
              CHAMPIONNE DU MONDE JUNIOR - 56   kg GPA  : 2013
              CHAMPIONNE DU MONDE JUNIOR - 56   kg WUAP : 2013
         VICE-CHAMPIONNE DU MONDE  OPEN  - 56   kg GPA  : 2014 ( Raw )

      CHAMPIONNE DU MONDE BENCHPRESS  OPEN  - 56   kg WPA  : 2018 ( Raw )
      CHAMPIONNE DU MONDE BENCHPRESS  OPEN  - 56   kg WUAP : 2014 ( Raw )
      CHAMPIONNE DU MONDE BENCHPRESS  OPEN  - 56   kg GPA  : 2015 ( Raw )
      CHAMPIONNE DU MONDE BENCHPRESS JUNIOR - 56   kg GPA  : 2013 2014 ( Raw )
      CHAMPIONNE DU MONDE BENCHPRESS JUNIOR - 56   kg WUAP : 2013
      CHAMPIONNE DU MONDE BENCHPRESS JUNIOR - 67,5 kg GPC  : 2012

              CHAMPIONNE D'EUROPE  OPEN  - 56   kg GPA  : 2015 ( Raw )
              CHAMPIONNE D'EUROPE JUNIOR - 56   kg GPA  : 2014 ( Raw )
              CHAMPIONNE D'EUROPE JUNIOR - 60   kg WUAP : 2013
              CHAMPIONNE D'EUROPE  OPEN  - 56   kg WUAP : 2015 2016 2019 ( Raw )
              CHAMPIONNE D'EUROPE  OPEN  - 52   kg WUAP : 2017 ( Raw )
              CHAMPIONNE D'EUROPE JUNIOR - 60   kg GPC  : 2012 ( Raw )

      CHAMPIONNE D'EUROPE BENCHPRESS JUNIOR - 56   kg IPO  : 2014
      CHAMPIONNE D'EUROPE BENCHPRESS JUNIOR - 56   kg GPA  : 2014 ( Raw )
      CHAMPIONNE D'EUROPE BENCHPRESS  OPEN  - 56   kg GPA  : 2015 ( Raw )
      CHAMPIONNE D'EUROPE BENCHPRESS  OPEN  - 56   kg WUAP : 2014 2015
      CHAMPIONNE D'EUROPE BENCHPRESS JUNIOR - 60   kg WUAP : 2013
      CHAMPIONNE D'EUROPE BENCHPRESS JUNIOR - 60   kg GPC  : 2012 ( Raw )

                             RECORD PERSONNEL   SQUAT    - 52 kg : 160   kg 
                             RECORD PERSONNEL BENCHPRESS - 52 kg :  92,5 kg 
                             RECORD PERSONNEL BENCHPRESS - 56 kg : 117,5 kg 
                             RECORD PERSONNEL  DEADLIFT  - 52 kg : 160   kg 
                             RECORD PERSONNEL   TOTAL    - 52 kg : 412,5 kg

                                   PHOTOS GALLERY


                                   INTERVIEW ( par Alenka Teran Kosir le 28 Avril 2018 )

Marisa Golob est impliquée dans les sports de loisirs depuis son enfance. À l'âge de sept ans, elle a commencé à pratiquer la gymnastique et le karaté, et quelques années plus tard, le basket-ball. Malgré des journées soigneusement structurées où l'entraînement sportif était étroitement lié, elle a également réussi dans les clubs scolaires. Après s'être inscrite en droit, elle a progressivement abandonné sa formation en raison de la complexité de ses études, puis a accidentellement franchi le seuil de la condition physique au cours de sa deuxième année, où elle a rencontré l'entraîneur personnel Erni Gregorčič, multiple championne du monde de powerlifting, qui a reconnu son potentiel et avec sa diligence, il a également programmé un plan. Marisa a récemment terminé son stage dans un bureau de notaire et attend le début de son stage, qui est une condition préalable à la réussite à l'examen du barreau, qui est la base pour poursuivre une carrière dans la profession judiciaire, le parquet, l'avocat ou le notaire. Même après s'être mis au powerlifting, elle n'a pas l'intention d'abandonner. Elle suit actuellement une formation personnelle à l'Association internationale des sciences du sport ( ISSA ) et a déjà obtenu une licence d'entraîneur de fitness à la Fitness Association of Slovenia.
AT : Êtes-vous souvent surpris par les réactions sur votre physique, qui est extrêmement musclé ?
MG : En été et pendant l'entraînement, c'est peut-être vrai. Dès que je commence à m'habiller avec des T-shirts, je remarque que les gens me regardent. Je n'arrive pas à cacher complètement mes muscles ( rires ). Il y a beaucoup de commentaires, mais pas de la manière que quiconque me dirait directement. J'entends quand les gens chuchotent, je pense que nous sommes assez réservés en Slovénie. À l'étranger c'est différent, aux États-Unis, l'approche et la louange. Mais voici un vrai choc quand les gens me voient. J'ai vraiment beaucoup de muscle pour mon sexe et la taille des femmes ( rires ).
AT : Quelle est la différence entre les bodybuilders et les powerlifters ?
MG : Les deux sports sont liés à la musculation, mais les objectifs fixés sont complètement différents. Le but du culturiste est de maximiser la masse musculaire, de minimiser la graisse corporelle, et le but du powerlifting est principalement de devenir fort dans les trois mouvements de base, le squat, le couché et le soulevé de terre, indépendamment de l'apparence physique.
AT : Comment êtes-vous entré dans les sports de loisirs ?
MG : Je me suis à l'entraînement en gymnastique, au karaté et au basket-ball tout au long de l'école primaire et secondaire. Depuis l'âge de 7 ans, j'ai eu deux séances d'entraînement par jour, heureusement, j'ai été soutenu par mes parents, qui m'ont toujours été d'une grande aide et m'ont soutenu dans tout ce que je fais. Je me rends compte qu'au détriment de l'entraînement à un jeune âge, j'ai raté beaucoup, même les fêtes d'anniversaire, ce qui signifiait beaucoup pour nous à l'époque, mais je ne le regrette pas. Je n'échangerais pas la vie que j'ai vécue et je vis toujours pour quoi que ce soit dans le monde.
AT : Vous avez également obtenu de très bonnes notes à l'école. Comment avez-vous réussi à concilier les deux ?
MG : On s'habitue juste à trouver du temps pour tout. Sinon, je n'ai jamais utilisé mon statut, même à l'école, pas au gymnase de Vič à cause du sport, personne ne regardait entre ses doigts. J'ai également donné l'exemple à la maison. Papa est le juge en chef, maman travaille dans une banque, ils font et font toujours du sport, donc cela a toujours été une constante dans nos vies. J'ai toujours été conscient que je ne pourrais pas vivre du sport, du moins celui que je pratique seul, et que je dois également obtenir un diplôme universitaire. J'ai fait mon choix en étudiant le droit et la médecine, plus récemment j'ai décidé d'étudier le droit.
AT : Qu'est-ce que le Powerlifting ?
MG : Le powerlifting est une compétition de puissance maximale en trois exercices de base : le squat, le développé couché et le soulevé de terre. Le but du compétiteur est de maximiser la portance maximale dans chaque discipline, et le vainqueur est celui qui atteint la somme maximale des trois mouvements. Chaque compétiteur a trois essais dans chaque mouvzment ( ou quatre, s'il s'agit d'un esai pour un record ), dans lesquelles il ne peut qu'augmenter le poids souhaité, comme pour le saut ou l'haltérophilie. L'intérêt des trois mouvements est qu'ils sont réalisés en un seul mouvement fluide et sont exécutés avec une barre olympique standard et des rondelles de poids. Les concurrents sont classés en fonction des points ( points Wilks, points Reschel, points Glossbrenner, selon la fédération dans laquelle vous participez ), qui sont le produit d'un coefficient spécifique obtenu par le poids corporel ( inférieur au poids corporel, plus le coefficient est élevé ) et "total" ( somme des meilleurs essais dans les trois mouvements ).
AT : Vous n'aviez pas d'aspirations sportives professionnelles ?
MG : Non, en ce qui concerne la gymnastique, j'ai décidé de m'entraîner de manière plus récréative à un âge très précoce - j'ai participé à des compétitions scolaires, j'étais également championne nationale au saut, je ne suis pas assez grande pour le basket-ball, pour le karaté, après que je sois devenue ceinture noire taille et des blessures récurrentes, j'ai abandonné après 13 ans d'entraînement. Même en tant que petites filles, on m'a dit que pour obtenir de meilleurs résultats en gymnastique, je devais abandonner les activités restantes, mais je ne voulais pas le faire. Si je décidais aujourd'hui, j'aurais décidé autrement, je me serais complètement consacré à la gymnastique. Je pense qu'en raison de mon explosivité, j'avais une assez bonne prédisposition à réussir. Donc, je m'entraînais tout le temps en gymnastique, basket-ball et karaté, mais en première année de droit, je ne pouvais plus me le permettre, lentement mais régulièrement, j'ai commencé à abandonner l'entraînement. En deuxième année, j'ai décidé qu'il était temps de se remettre au sport. Je suis allé à la salle fitness, je voulais faire du sport, où je pouvais fixer mes propres dates d'entraînement, et là je suis tombé sur Ernie ( Gregorčič ) qui est un multiple champion du monde de powerlifting et probablement l'entraîneur le plus expérimenté et autorisé de ce domaine en Slovénie. Au cours de la formation d'introduction, il m'a montré quelques exercices et s'est très vite rendu compte que les poids qu'il prescrit habituellement aux filles comme débutantes en fitness était ridiculement légers pour moi. Après quelques séances d'entraînement, il a vu que je n'avais absolument aucun problème à soulever des poids, alors il a suggéré que nous essayions l'une des disciplines compétitives en powerlifting, le développé couché. À la première tentative, j'ai soulevé 57,5 ​​kg, ce qui est très important pour la fille qui a touché à la barre olympique pour la première fois. Il m'a suggéré en plaisantant d'aller au match avec lui. C'était en 2011 et c'est comme ça que ça a commencé, juste pour plaisanter et complètement par accident. Quand je me suis lancé dans le fitness, je n'avais jamais entendu parler de ce sport et je n'en savais rien. Aujourd'hui, à cause des nombreuses photos de powerlifteurs sur les réseaux sociaux ( Instagram, Facebook ), notre sport est beaucoup plus connu et devient de plus en plus populaire auprès de la population féminine.
AT : Dans quelle mesure votre expérience sportive peut-elle vous aider pour le powerlifting ?
MG : Je pense, au moins en termes de puissance et d'explosivité, les années que j'ai consacrées à la gymnastique m'ont beaucoup aidé.
AT : Vous avez déjà concouru sous les auspices des fédérations GPC, GPA et WUAP, et Katja Babic, que nous avons déjà présentée, est sous les auspices de l'IPF. Quelle est la différence entre elles, comment pouvons-nous devenir des connaisseurs ?
MG : Il est vrai qu'il y a pas mal de fédérations, les différences entre elles étant assez faibles et valorisées sur des points différents dans toutes les réalisations. Dans certaines fédérations, les règles autorisent l'utilisation de genouillères, de bandages quelque part, d'autres encore de rien de ce qui précède, quelque part la pesée est 24 heures avant la compétition, ailleurs deux heures avant. La fédération GPA n'effectue pas de tests de dopage comme dans les fédérations WUAP et IPF. En ce qui me concerne, il pourrait y avoir beaucoup plus de ces tests, même en l'absence de compétitions. L'absence de contrôle du dopage, à mon avis, est l'une des raisons pour lesquelles le powerlifting ne sera jamais un sport olympique, en plus du fait que les profanes ne le séparent pas de l'haltérophilie olympique.
AT : Qu'est-ce qui vous fait décider de la fédération dans laquelle vous concourrez ?
MG : L'inconvénient du powerlifting est que les fédérations sont vraiment nombreuses, en fait beaucoup trop. Rien qu'en Slovénie, avec environ 100 compétiteurs actifs, il existe actuellement cinq fédérations différentes ( WUAP, GPA, IPF, WRPF et GPC ) actuellement actives. En 2011, lorsque j'ai assisté à ma première compétition, il n'y avait qu'une seule fédération en Slovénie, la GPC, donc je n'avais pas le choix. Après un an et demi, cette fédération s'est éteinte dans notre pays, et toutes les compétitions se sont déroulées sous les auspices de la fédération GPA, suivie de la fédération WUAP, j'ai donc atterri dans les fédérations dans lesquelles je participe toujours aujourd'hui. Considérant que jusqu'au début de l'année dernière, lorsque j'ai signé un contrat avec un sponsor, tous les coûts des compétitions étaient couverts par moi-même, ou plutôt, étaient à la charge de mes parents, bien sûr j'ai choisi la fédération qui organisait la compétition dans un lieu plus intéressant.
AT : Combien de fois par semaine vous entraînez-vous et quelles sont vos séances d'entraînement ?
MG : Je m'entraîne quatre fois par semaine selon le principe "conjugué" - deux fois par semaine je m'entraîne pour une force maximale ( une fois pour le haut du corps, c'est-à-dire une des variations du développé couché, et une fois pour le bas du corps, c'est une des variations du squat ou du soulevé de terre ) et je m'entraîne deux fois par semaine pour la puissance explosive. Je fais tout l'entraînement avec l'entraîneur et multiple champion du monde Ernie. Les séances d'entraînement sont lourdes, le poids sur la barre est grand, donc le partenaire d'entraînement est presque obligatoire. Il m'est arrivé de nombreuses fois que pendant l'entraînement de push-up, la barre est devenu hors de contrôle et si ce n'avais pas été Ernie, la barre aurait atterrit certainement sur ma tête. La peur du poids que vous n'avez pas encore réussi à soulever est toujours présente, donc je n'imagine pas m'entraîner sans un "observateur" formé ( une personne qui vous protège pendant la poussée ).
AT : Dans quelle mesure êtes-vous psychologiquement stable, êtes-vous complètement prête le jour de la compétition ou avez-vous besoin de faire autre chose sur le terrain ?
MG : Même si je cours depuis l'âge de 7 ans, je suis toujours nerveuse avant la compétition, probablement plus que jamais. Je l'avoue. Je me suis toujours fixé des objectifs très élevés mais tout à fait réalistes. Cependant, ma première pierre a été retirée de mon coeur après avoir été pesée.
AT : Pourquoi cette partie est-elle si lourde ?
MG : J'aime beaucoup m'entraîner, mais je n'aime vraiment pas la perte de poids ( rires ). Quand j'ai commencé à concourir, j'ai concouru dans la catégorie - 60 kg, aujourd'hui je concours dans la catégorie - 52 kg. L'entraîneur et moi avons choisi cette décision principalement parce que le poids corporel inférieur apporte un bien meilleur coefficient ( sur la base duquel les points finaux sont calculés ), et dans cette catégorie, je suis vraiment proche du record du monde de tous les temps avec mes poids levés ( quelle que soit la fédération. Ce n'est pas facile pour moi de perdre du poids en dessous de 52 kg, car j'ai vraiment beaucoup plus de masse musculaire dans cette catégorie que la plupart de mes concurrentes. Au cours des deux dernières semaines avant la pesée, l'apport calorique est vraiment très faible, et je dois également compter sur la manipulation du sel et de l'eau dans les derniers jours avant la pesée. La perte de poids avant le match me prend beaucoup de force, et à l'époque je n'avais vraiment pas l'air bien, que je préférais ne pas parler de mon humeur ( rires ... ).
AT : Comment est le régime alimentaire ? Des besoins spécifiques ?
MG : Pendant la majeure partie de la saison, je n'ai pas de régime spécial, je mange tout ce qui me sent bon, surtout beaucoup de chocolat. Mon point particulièrement faible est le nutella ( rires ). Il est seulement important que je consomme une quantité suffisante de protéines ( 2 gr par kg de poids corporel ) et plus de glucides avant un entraînement intensif.
AT : Vous avez mentionné que vous avez des attentes très élevées mais réalistes pour vous-même. Comment avez-vous fixé vos objectifs ?
MG : Je veux établir un record du monde de tous les temps, quelle que soit la fédération. Il ne manque pas grand chose, je suis le plus proche du record, où j'ai soulevé 152,5 kg à l'entraînement avec mes genoux, et le record du monde est de 156 kg. Je compte sur moi pour établir le record du monde l'année prochaine. J'ai également soulevé 180 kg au soulevé de terre à l'entraînement, ce qui n'est que 12,5 kg de moins que le record actuel de tous les temps, quelle que soit la fédération. Cela signifierait également beaucoup pour l'entraîneur, car il est avec moi depuis le tout début, et personne n'a approché un tel succès des Slovènes. Le record de tous les temps ( le record du monde, quelle que soit la fédération ) est le plus que vous pouvez réaliser en powerlifting, ce qui revient à gagner les Jeux olympiques pour nous. Bien sûr, j'ai aussi des ambitions dans mon domaine de travail, où je travaille actuellement dans un bureau de notaire et j'attends un stage au tribunal, ce qui me permettra de passer l'examen du barreau. C'est mon objectif, alors je déciderai d'aller au juge ou au cabinet d'avocats.
AT : Quelles sont les récompenses que l'on peut gagner dans les compétitions de powerlifting ?
MG : En fait, il n'y en a pas, je fais du powerlifting pour mon propre plaisir, j'ai vu une belle partie du monde et rencontré beaucoup de gens ... Sinon, c'est un sport sans lequel vous ne pouvez pas vivre. Même les meilleurs powerlifteurs du monde doivent faire le travail qu'ils font pour manger. Nous payons également les frais d'inscription, le voyage et l'hébergement pour les compétitions nous-mêmes. Heureusement, depuis le début de la saison dernière, j'ai été soutenu par un sponsor.

Retour à la page d'accueil : accueil