JILL MILLS

        Cette championne américaine, surnommée la reine de la force, n'a pas d'adversaire dans les soulevés de voitures, de renversement de pneu, elle a remportée les deux premières compéti- tions de la femme la plus forte du monde ... en powerlifting elle se débrouille aussi très bien ... Nous devrions encore la revoir dans des compétitions de powerlifting ! ...

                                site internet : www.jillmills.com

        Palmarès        Photos          Interview        Entraînement

                                   STRENGTH  PALMARES

              1° WORLD'S STRONGEST WOMAN CONTEST : 2001 2002

      CHAMPIONNE DU MONDE POWERLIFTING OPEN - 82,5 kg WPC : 2003
VICE-CHAMPIONNE DU MONDE POWERLIFTING OPEN - 82,5 kg WPO : 2006

        Record Personnel    SQUAT   - 75   kg : 255   kg (  562 lbs )
        Record Personnel    SQUAT   - 82,5 kg : 295   kg (  651 lbs )
        Record Personnel BENCHPRESS - 75   kg : 161   kg (  353 lbs )
        Record Personnel BENCHPRESS - 82,5 kg : 177,5 kg (  391 lbs )
        Record Personnel  DEADLIFT  - 75   kg : 230   kg (  507 lbs )
        Record Personnel  DEADLIFT  - 82,5 kg : 255   kg (  562 lbs )
        Record Personnel    TOTAL   - 75   kg : 646   kg ( 1422 lbs )
        Record Personnel    TOTAL   - 82,5 kg : 727,5 kg ( 1604 lbs )

              Record de répétition BENCHPRESS : 27 répétitions à 80 kg ( poids de corps )

                                     PHOTOS GALLERY

Mills4.jpg (34013 octets) Mills.jpg (12954 octets) Mills8.jpg (35986 octets) Mills6.jpg (29814 octets)
Mills5.jpg (29392 octets) Mills2.jpg (36956 octets) Mills9.jpg (40479 octets) Mills3.jpg (20456 octets) Mills7.jpg (20400 octets)

                                   TRAINING

     Beaucoup de personnes ne prennent pas le temps de vraiment analyser leur couché où étudier assez leur corps pour apprendre la physiologie des muscles entrant en action ... Il y a en effet beaucoup de muscles qui interviennent dans le mouvement ...

     Tout d'abord les triceps : ce sont les muscles les plus importants car c'est eux qui permettent de verrouiller votre mouvement, c'est l'endroit où la majorité des gens échouent dans le mouvement ... Puis il y a les différents muscles du dos : si vous n'utilisez pas ces muscles pour pousser vous manquez quelque chose. Je n'ai jamais vu de grands champions du couché qui n'avaient pas de dos ... Il y a ensuite les muscles qui permettent de stabiliser les épaules ... Et enfin les deux muscles de la poitrine : le pectoral majeur et le mineur, ces muscles permettent le démarrage du mouvement et la plus poussée dans la majorité du mouvement.

                  Comment progresser ?

     Votre travail tout d'abord est de faire le mouvement lentement et de repérer dans chaque partie quel est le groupe de muscles principaux qui sont responsable de cette partie de l'action. Les champions, qui travaillent à la claque où avec un temps de pause sur la poitrine, ont besoin de travailler des exercices d'assistance pour travailler la puissance pour le démarrage du mouvement de la poitrine ... Ma suggestion est de toujours faire du développé couché avec haltères en complément, le développé décliné peut aussi aider pour plus de puissance dans les pecs, les épaules et le haut du dos ... Bien sûr, rien ne travaille mieux que de descendre doucement la barre et de faire une longue pause ... Pour certains cela peut être très dur au départ, mais en faisant les exercices d'assistance vous renforcerez cette faiblesse rapidement ... 
     Il arrive aussi que beaucoup de sportifs font du couché en descendant leurs coudes au niveau des épaules avec la barre sur le haut des pectoraux : vous n'arrivez jamais à pousser lourd ! Pour pousser lourd vous devez utiliser le plus de gros muscles dans l'action, pour cela descendez les coudes le long du corps cela permet aux triceps de donner toute leur puissance. Quand je fais du couché, je descend la barre sur le bas de ma poitrine et je peux ainsi utiliser toute la force des triceps ...
     La largeur de la prise de barre est aussi une question importante, cela varie d'une personne à l'autre en fonction de la longueur de ses bras ... Pour moi, vous avez le plus de puissance quand vos avants-bras sont perpendiculaire avec le sol, quand la barre touche la poitrine ... Vous pouvez pousser le plus lourd quand vos avants-bras sont parfaitement sous la barre et non en formant un angle ( poignet cassé ) ...
     Si vous avez des problèmes pour faire la transition entre le démarrage et la fin du mouvement ( au milieu ) vous devez travailler en mouvement explosif ! Milo et moi, nous travaillons avec les supports ... Nous les réglons au milieu du mouvement, puis je réalise le mouvement qui m'arrête au milieu et je redémarre explosivement, je le fais sur plusieurs répétitions, il m'arrive aussi de faire une pause de 5 à 10 secondes avant de redémarrer ... C'est excellent pour travailler le milieu du mouvement ... Si vous avez des problèmes pour terminer les dix derniers centimètres, c'est que vos triceps sont faibles, pour cela vous pouvez travailler avec des chaînes où des bandes élastiques qui mettent plus de résistance sur la fin du mouvement ... Si vous n'avez pas ce matériel, vous pouvez sur les supports faire des fins de mouvement ... Vous pouvez aussi renforcez vos triceps en faisant du couché directement allongé sur le sol où du développé couché prise serrée ( largeur des épaules ) ...
     Concernant les poignets, vous pouvez bien sûr utiliser des bandes poignets, mais faites d'abord attention à la position de vos poignets lorsque vous réalisez votre mouvement : la barre, le poignet et l'avant-bras doivent être dans le même alignement, si le poignet est cassé vous ne pourrez que vous faire mal ...

       Ce sont les éléments basiques, pour plus de renseignements vous pouvez me contacter ! 

                                   INTERVIEW
           réalisée par Bruce Citerman pour le magazine IRONMAN

     Le première fois que j'ai vu Jill Mills, je pense que c'était lors d'un Miss Olympia. Elle était massive des pieds à la tête, avec une masse musculaire très définie, et des mollets en forme de diamant. Jills ne paraissait pas énorme, elle était énorme. Elle a réussi pendant plusieurs années en powerlifting et récemment elle a gagné la compétition de la femme la plus forte du monde, faisant d'elle une des meilleurs athlètes de force au monde. Jill est né en 1972, elle a une fille ( née en 1992 ) et est mariée à Milo Mills. Elle travaille a son propre compte, Jill's Bodymill, qui offre des massages thérapeutiques, des consultations pour la diététique, et des entraînements personnalisés, à San Antonio dans le Texas, sa ville natale.
     BC : Quels sont les sports que vous avez pratiqués ?
     JM : Football, athlétisme, bodybuilding, powerlifting et compétitions de force, dans cet ordre.
     BC : Dans quelle condition es-tu venu à soulever des poids et à faire de la compétition ?
     JM : J'ai commencé à soulever des poids et à être en forme très tôt. A l'école primaire je courrais entre 4 et 6 km par jour, j'ai commencé à soulever des poids à l'âge de 12 ans. Soulever des poids à toujours été une partie de ma vie, j'ai grandi dans une ferme, transporter le foin, les sceau d'eau pour les chevaux, transporter le bois de chauffage, couper l'herbe, planter les clôtures. A l'âge de 17 ans j'ai commencé à m'entraîner dans un club et j'ai commencé à faire du bodybuilding. Je me suis classée première à une compétition qualificative pour les nationaux, mais je n'aimais pas le bodybuilding à cause du l'entraînement cardio. Cela détruit le muscle et la puissance que j'avais travaillé si dur à obtenir. Puis je suis passé au powerlifting. Mon mari, Milo, à vu mon potentiel et a commencé à m'entraîner. Un jour j'ai vu un couple d'amis du club s'entraîner pour des compétitions de force. J'ai trouvé cela super et j'ai commencé à faire de la compétition.
     BC : Quelles compétitions as-tu faite, et quels sont tes résultats ?
     JM : La première chose que je voudrais dire c'est que je n'ai jamais utilisé de combinaisons spéciales pour pousser ( combinaisons de squat, couché, soulevé de terre ), excepté bien sur les bandes genoux et la ceinture. En powerlifting j'ai commencé à concourir en 75 kg, où j'ai remporté les nationaux en 1997. Mes meilleurs performances en compétition sont 490 lbs en squat, 275 lbs au couché, 501 lbs au terre pour un total de 1266 lbs. Puis je suis monté en 82,5 kg, mes meilleurs performances sont 513 lbs au squat, 325 lbs au couché, 507 lbs au terre pour un total de 1340 lbs. J'ai été classé 4° femme de tous les temps en powerlifting dans la catégorie 82,5 kg. Dans les compétitions de force j'ai gagné le Lone Star Strength Festival et le Metroplex Challenge, qui incluaient un développé au dessus de la tête à 112,5 kg. J'ai aussi remporté le Metroplex Rep Contest, qui consiste à faire le maximum de répétitions dans différents exercices à un pourcentage du poids de corps. J'ai réalisé 27 reps au développé couché à mon poids de corps ( 80 kg ), 60 reps aux flexions de biceps à 50 % du poids de corps, 18 reps au soulevé de terre à 200 % du poids de corps. Je viens de remporter en 2001 le Southwest USA Strongwoman Challenge, le Scotland Roundtable ( compétition qualificative pour le championnat mondial ) le Killin Fair Scotland Strongwoman contest et le premier World's Strongest Woman Contest. Je suis invaincu en compétition de force.  
     BC : Quel est ton entraînement ?
     JM : Mon entraînement est différent pour les compétitions de powerlifting et de force. Pour le powerlifting je fais 3 séries de 5 répétitions pour les trois mouvements. Je fais aussi des power cleans, snatches, high pulls, push presses, dips et pullups. Pour les compétitions de force je minimise le travail à la salle pour consacrer le plus de temps aux compétitions. Mon jardin est le lieu idéal pour m'entraîner, avec des pneus de tracteurs de 270 kg, des tonneaux, une plate-forme et des masses. Un entraînement classique comporte 10 retournement de pneu, 5 mn de repos, monter 4 tonneaux sur la plate-forme, 5 mn de repos, puis répéter cela plusieurs fois ... je me chronomètre pour me conditionner et pour la vitesse.
     BC : Quelles sont tes mensurations ?
     JM : Je mesure 1,60 m, je pèse 79 kg, je fais 110 cm de tour de poitrine, 38 cm de tour de bras, 62 cm de tour de cuisse et 42 cm de tour de mollets.
     BC : Quels sont tes prochains objectifs ?
     JM : Je voudrais concourir en haltérophilie et peut-être une autre compétition en powerlifting, mais avant je me concentre sur les compétitions de force. Une fois que j'aurais arrêté la compétition, je voudrais promouvoir des compétition de force pour les femmes.     

                                    Retour à la page d'accueil : accueil